BFMTV

"Les souvenirs commencent à revenir": un homme accusant le chirurgien de pédophilie témoigne

Le chirurgien sera jugé dans les prochains mois par la cour d'assises de Charente-Maritime.

Le chirurgien sera jugé dans les prochains mois par la cour d'assises de Charente-Maritime. - AFP

Un jeune homme, dont le nom figure dans les carnets de Joël Le Scouarnec, ce chirurgien soupçonné de pédophilie, a accepté de témoigner pour BFMTV. Il raconte comment il a refoulé les faits qui se sont déroulés, selon son récit, lorsqu'il était hospitalisé enfant dans un établissement de Bretagne. Depuis il a porté plainte.

Il s'agit de l'une des 200 voix que les gendarmes recherchent depuis plusieurs mois. Le prénom de ce jeune homme, qui a accepté de témoigner anonymement auprès de BFMTV, figure dans l'un des carnets de Joël Le Scouarnec, ce chirurgien soupçonné de plusieurs cas de pédophilie ces 3 dernières décennies. Pendant plusieurs années, il a refoulé les faits, avant que la réalité remonte à la surface.

Alors enfant, ce jeune homme a consulté Joël Le Scouarnec pour "une opération dans un hôpital breton", raconte-t-il. A cette époque, le chirurgien digestif a exercé dans plusieurs établissements bretons, et ce, jusqu'en 2008 et sa prise de poste à Jonzac, en Charente-Maritime. En 2005, le tribunal de Vannes l'avait condamné à 4 mois de prison avec sursis et 20.000 euros d'amende pour "détention d'images pédopornographiques". Les faits dont il accuse le médecin se sont produits lors de son hospitalisation. 

"J’ai été victime au rendez-vous post-opératoire et après l’opération", confie ce jeune homme, traumatisé.

Dépôt de plainte

Pendant de longues années, il a refoulé ce qu'il a subi. "Je fais partie des victimes qui ont préféré occulter les actes qu’il m’a infligés. Avec un travail et un accompagnement, petit à petit, les souvenirs commencent à revenir", poursuit le jeune homme. Et l'année dernière, après l'ouverture d'une nouvelle enquête préliminaire par le parquet de La Rochelle sur des potentielles autres agressions sexuelles, les gendarmes le contactent. 

"En effet, je fais partie de la liste des personnes présentes dans les carnets (de Joël Le Scouarnec, NDLR). A la suite de ce contact, j’ai porté plainte", explique-t-il. 

Ces potentielles autres cas d'abus et d'agressions sexuelles ont été découverts après le dépôt d'une plainte de la famille d'une fillette contre le chirurgien en 2017. A l'époque, la famille était voisine de ce médecin. La petite fille, alors âgée de 6 ans, va raconter à ses parents, qu'alors qu'elle jouait seule au fond du jardin familial, l'homme s'est exhibé nu devant elle, avant de la violer. Cette plainte est alors l'élément déclencheur de cette affaire. Les perquisitions au domicile du médecin vont permettre de découvrir l'existence de ces carnets dans lesquels sont inscrits plus de 200 prénoms de petits garçons et petites filles, ainsi que des descriptions d'abus sexuels. 

Le chirurgien, depuis radié par le conseil de l'ordre des médecins, est mis en examen et placé en détention provisoire en mai 2017. Lors de l'instruction, il va reconnaître d'autres attouchements, notamment commis sur ses deux nièces et une autre voisine. Dans quelques mois, il sera jugé pour ces quatre faits par la cour d'assises de Charente-Maritime. Mais les investigations se poursuivent pour identifier et entendre d'éventuelles autres victimes. Selon nos informations, 4 plaintes ont déjà été déposées pour viol ou agression sexuelle.

Amélie Rosique avec Justine Chevalier