BFMTV

Calais: le suspect avait été expulsé deux fois vers la Pologne

Le corps de la petite a été retrouvé dans un bois, à quelques minutes du lieu où elle a été enlevé.

Le corps de la petite a été retrouvé dans un bois, à quelques minutes du lieu où elle a été enlevé. - BFMTV

Alors que le corps de Chloé, neuf ans, a été retrouvé deux heures après son enlèvement mercredi, la police a arrêté un suspect au lourd casier judiciaire.

Les habitants de Beau-Marais, quartier du Nord de Calais, n’en reviennent pas: la petite Chloé, neuf ans, y a été enlevé mercredi en plein après-midi, quasiment sous les yeux de sa mère. "Je partais cinq minutes avec les deux petits, quand je suis revenue un homme était en train de l'enlever", raconte la mère, effondrée, sur BFMTV et RMC.

Deux heures plus tard, la police retrouvait le corps de sa fille sans vie. Un suspect arrêté à proximité du corps a avoué avoir tué et violé la fillette en garde à vue, a appris BFMTV. Comment se sont déroulés les faits? Que sait-on du suspect, au casier judiciaire déjà chargé? BFMTV.com fait le point.

> Un enlèvement en plein après-midi

Chloé "jouait avec le vélo de sa copine", dans une aire de jeux de son quartier, aux environs de 15 heures 30, confie sa mère, qui était montée changer son petit frère. C'est en descendant qu'on lui a dit qu'"on m'avait pris ma fille. J'ai crié, et là je l'ai vu à terre, derrière des poubelles. J'ai vu" son agresseur "de dos, je ne l'avais jamais vu avant. Il l'a soulevé et l'a mise dans sa voiture", décrit-elle. Impuissante, elle prévient immédiatement la police.

Peu après 17 heures, une patrouille retrouve le corps de la fillette, à moitié dévêtu, à l’entrée du bois Dubrulle, près du lieu de l’enlèvement.

> Le suspect au lourd passé judiciaire

Les voisins de Chloé ont bien vu l’homme qui l’a enlevé à bord d’une voiture rouge, immatriculée en Pologne. "Il tournait dans le coin depuis quelques jours", confirme un enfant du quartier. "Il était chauve, avec des lunettes de soleil, avec mes copains, on l’avait vu en sortant de l’école".

L’homme, qui a été arrêté à proximité du corps et qui avait sur lui les clefs de la voiture utilisée pour le rapt, a été mis en garde à vue. Depuis son adolescence, il a été condamné plusieurs fois, en Pologne comme en France, pour des faits de violence et de séquestration. A deux reprises, il avait été renvoyé vers la Pologne et confié aux autorités locales.

Dernière condamnation en date: en 2009, il avait agressé Micheline, une retraitée de 78 ans dans son domicile, à Calais. Après l’avoir menacé avec un couteau à steak de vingt centimètres, il lui avait dérobé un peu moins de 60 euros. Condamné à six ans de prison, il était sorti il y a quelques mois.

Selon nos informations, il avait été recalé de la Légion étrangère par le passé, et a "un profil inquiétant", selon une source proche du dossier, qui décrit par ailleurs la scène de crime comme "terrible".

> Une interdiction du territoire jamais exécutée

En 2010, lors de son second procès, il avait été également condamné à une interdiction de territoire français, comme l'a indiqué le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve. Mais selon nos informations, cette peine n'a jamais été exécutée, car le prononcé n'était pas légal. En effet, une interdiction du territoire dépend des faits commis: en l'occurence, l'extorsion et le vol aggravé, même en situation de récidive, n'autorisent pas la justice à prononcer une telle mesure.

> Un choc pour le quartier

A Beau-Marais, le soutien à la famille de Chloé s’organise. "Elle venait de fêter ses neuf ans, ça va être très dur", confie sa mère. A Calais, les drapeaux de la ville sont en berne, et une marche blanche aura lieu à 18 heures, a annoncé la maire de la ville, Natacha Bouchart, sur Twitter.

Le cours de danse auquel elle devait justement se rendre mercredi après-midi lui rend hommage sur sa page Facebook, et annonce qu’"une quête a été lancée" pour soutenir la famille. Pour aider les camarades de Chloé à surmonter le choc, une cellule de soutien psychologique sera mise en place dans son école.

J.S