BFMTV

Besançon: 30 ans après, un appel à témoin lancé pour résoudre un cold case

Qui a poignardé Virginie Raymond? La police de Besançon lance un appel à témoins hors-norme

Qui a poignardé Virginie Raymond? La police de Besançon lance un appel à témoins hors-norme - DR

La police de Besançon lance un appel à témoin pour tenter de résoudre l'affaire du meurtre de Virginie Raymond, poignardée à son domicile en 1987 alors qu'elle avait 16 ans.

Le 20 octobre 1987, Marie-Françoise et Patrick Raymond découvrent le corps de Virginie, leur fille de 16 ans, baignant dans une mare de sang. Elle a été poignardée à 14 reprises par un individu, qui n'a jamais été identifié. 30 ans plus tard, la police lance un appel à témoin, dans l'espoir de relancer ce cold case.

Aucune trace d'effraction 

Seule au domicile bisontin de ses parents, l'adolescente est tuée alors qu'elle est "en train de repasser du linge", rapporte L'Est Républicain. Aucune trace d'effraction n'est constatée au pavillon familial, ni aucun vol. Les résultats de l'autopsie de l'époque indiquaient qu'elle n'avait pas été violée. 

Plusieurs pistes sont étudiées, dont celle d'une "4L rouge suspecte" vue aux abords de la maison ou celle d'un "cousin introuvable", selon le quotidien régional. Mais aucun suspect n'est identifié. Faute d'élément nouveau, l'enquête est close en 1997.

La piste d'un photographe?

Le parquet de Besançon, sous l'impulsion d'un nouveau juge d'instruction, ré-ouvre l'enquête en octobre 2017. Ce dernier confie à de nouveaux enquêteurs le dossier et les charge d'étudier une piste, jusque-là jamais exploitée: celle d'un possible individu qui accostait les jeunes filles pour des photos dans la rue de la ville à l'époque du meurtre.

Passionnée par la photographie, Virginie Raymond avait arrêté ses études en 3ème et cherchait un stage dans ce domaine au moment des faits, précise la police judiciaire. Les policiers s'interrogent donc sur l'implication de cet homme.

Toutes les femmes nées entre 1964 et 1976

Pour éclaircir cette partie des investigations, les enquêteurs appellent depuis ce mercredi toutes les femmes, nées entre 1964 et 1976, qui ont été accostées à Besançon pendant leur adolescence par un homme leur proposant de les photographier dans la rue, à les contacter.

Afin de trouver de nouveaux témoins, ils appellent également toutes les personnes ayant habité dans le même ensemble d'immeubles que la victime (134, rue de Belfort à Besançon). La police judiciaire demande aussi à toutes les personnes ayant aperçu l'adolescente à Dijon en octobre 1987 à prendre contact avec les enquêteurs.

Ces derniers ont activé deux numéros de téléphone à cet effet:

  • 03 81 44 58 70
  • 03 81 21 11 80
Esther Paolini avec AFP