BFMTV

La gendarmerie va ouvrir une unité spécialisée dans les "cold cases"

*Un gendarme - Image d’illustration

*Un gendarme - Image d’illustration - AFP

Cette nouvelle unité fera partie du service central du renseignement criminel de la gendarmerie.

Cela fait maintenant plusieurs mois que la cellule Ariane, composée de sept gendarmes, travaille à reconstituer le passé de Nordahl Lelandais, soupçonné d'être à l'origine de la mort de la petite Maëlys et du caporal Arthur Noyer.

Inspirée par cette expérience, la gendarmerie nationale a annoncé ce lundi qu'elle allait ouvrir une unité réservée à la résolution des "cold cases", ces enquêtes anciennes et parfois classées sans suite par la justice. La nouvelle unité fera partie du service central du renseignement criminel de la gendarmerie.

Une quarantaine de dossiers pour Lelandais

Dans le cas de Nordahl Lelandais, la cellule Ariane, créée en janvier 2018 au sein du service central du renseignement criminel de la gendarmerie, a identifié "une quarantaine" de dossiers criminels dans lesquels son implication est étudiée.

Les enquêteurs ont recensé tous les cas de disparitions inquiétantes, homicides non résolus, ou corps non identifiés dans un quart des départements français sur une vingtaine d'années. Au total, 900 dossiers ont émergé et ont pu être étudiés par les gendarmes de la cellule, qui n'ont pas vocation à faire des actes d'enquête.

Alexandra Gonzalez avec Hugo Septier