BFMTV

Bernard Cazeneuve annonce un renforcement des possibilités de contrôle dans les transports

-

- - Philippe Huguen - AFP

Le gouvernement a annoncé lundi de nouvelles mesures pour renforcer la sécurité dans les transports en commun. Les agents RATP et SNCF auront davantage de pouvoir pour fouiller et contrôler les passagers.

Deux mois après l’attaque déjouée du train Thalys Amsterdam-Paris, Bernard Cazeneuve s’attaque à la sécurité dans les transports. Le ministre de l’Intérieur a annoncé ce lundi le renforcement des pouvoirs de contrôle des agents de sécurité SNCF et RATP.

Ces derniers seront autorisés à procéder à l’inspection visuelle des bagages, à des fouilles ou encore à des palpations de sécurité, "avec l'accord des passagers". Les agents SNCF et RATP pourront aussi travailler en civil afin d’effectuer des contrôles. Mais en cas de refus, le passager pourra se voir refuser l'accès aux transports.

Fouilles par des policiers sans délit préalable

Les officiers de police judiciaire verront aussi leurs pouvoirs renforcés. Ils pourront aussi procéder à des inspections visuelles des bagages et à des fouilles sans l’accord du passager. Jusqu'à présent, les policiers et gendarmes ne pouvaient fouiller les bagages des passagers qu'en cas de délit. Le gouvernement a également décidé de simplifier les règles de compétence des procureurs de la République pour faciliter les contrôles. Auparavant, il fallait l'accord de tous les procureurs concernés par un train passant par plusieurs régions.

Bernard Cazeneuve a dans le même temps annoncé des mesures pour lutter contre la fraude dans les transports. D’après le ministre, chaque année les fraudes coûteraient 500 millions d’euros. Les états-civils et adresses des contrevenants pourront être communiqués par les administrations des finances et des organismes sociaux, ce qui relevait auparavant du secret.

Le délit de fraude dit "d'habitude", qui était constitué à partir de dix contraventions sur un an pour défaut de titre de transport, sera désormais constitué dès cinq contraventions.

la rédaction avec AFP