BFMTV

Berenyss a été enlevée puis déposée devant une maison

Berenyss, 7 ans, est réapparue 8 heures après avoir été enlevée, le 23 avril.

Berenyss, 7 ans, est réapparue 8 heures après avoir été enlevée, le 23 avril. - Gendarmerie

L'histoire s'est miraculeusement bien terminée: Berenyss, la fillette enlevée jeudi après-midi en Meurthe-et-Moselle a été retrouvée vivante, dans la soirée. Son ravisseur, lui, est toujours activement recherché. L'enfant n'a pas subi de violences sexuelles ou physiques, selon les analyses médicales.

Au terme de huit heures d'angoisse, l'histoire s'est bien terminée. La petite Berenyss, 7 ans, enlevée jeudi après-midi dans un village de Meurthe-et-Moselle, a été retrouvée saine et sauve dans les Ardennes dans la soirée de jeudi, au bout de huit heures, après le déclenchement de l'"Alerte Enlèvement" et le déploiement d'un important dispositif de recherches. Les analyses médicales effectuées n'ont pas révélé de violences physiques ou sexuelles. Récit.

Enlevée en plein jour

L'enfant avait disparu vers 15 heures dans le village de Sancy. Elle faisait du vélo sur une place à proximité de la maison familiale quand elle a échappé à l'attention de sa mère. En se mettant à sa recherche, cette dernière avait rapidement retrouvé le vélo de la fillette dans une rue alentours, avant de prévenir les gendarmes, selon son récit.

Un véhicule utilitaire blanc conduit par un homme d'une quarantaine d'années avait été aperçu dans les environs. "Un fourgon blanc conduit par un homme d'une quarantaine d'années a été vu sur les lieux", avait ainsi précisé la gendarmerie sur la base du témoignage de la mère.

Activation de l'Alerte Enlèvement

Dès le signalement de la disparition de l'enfant, le dispositif d'Alerte Enlèvement a été déclenché par les autorités. Le dispositif de recherches est monté en puissance tout au long de la journée, mobilisant jusqu'à une centaine de militaires, dont 30 gendarmes mobiles. Un hélicoptère et deux équipes cynophiles ont également participé aux recherches. Un gendarme est mort au cours de l'opération, victime d'un accident de moto en se rendant sur les lieux, a annoncé le ministère de l'Intérieur. 

La fillette a été recherchée dans une large zone autour du village et l'alerte a également été transmise à la Belgique, au Luxembourg et à l'Allemagne, dont les frontières sont proches. Au coeur des recherches: le conducteur d'une Renault Kangoo blanche, considéré comme "a minima un témoin" dans cette affaire.

Une vague de solidarité populaire s'est également mise en place. Des habitants du village ont proposé de mener des battues, mais les autorités leur ont demandé de rentrer chez eux pour permettre à un hélicoptère de survoler la zone avec une caméra thermique.

Déposée devant une maison

L'issue heureuse de l'histoire a finalement eu lieu en toute fin de soirée. La fillette a été "déposée" à 23 heures devant une maison à Grandpré, dans les Ardennes françaises. Ce petit village rural de 350 habitants est situé à deux heures de voitures du lieu de l'enlèvement, à environ 80 kilomètres à l'est de Reims. Berenyss a frappé à la porte de la maison, et la résidente, médecin de profession, lui a ouvert.

"J'ai été tout a fait étonnée d'ouvrir la porte et de voir une enfant de 7 ans et demi", a raconté cette femme, Marie-Alix Lambert, sur BFMTV ce vendredi matin. "D'autant plus que je n'étais pas du tout au courant de l'alerte qui avait été donnée", a-t-elle précisé, ajoutant que la petite fille était "très digne" et n'avait qu'une hâte: retrouver ses parents. Et d'expliquer le fil des événements: "Nous avons joint ses parents qui étaient en pleurs. Elle a pu converser avec son papa, ensuite avec sa maman. (...) Les gendarmes sont venus une demi-heure après".

Le procureur de Briey, Yves Le Clair, a estimé, au cours d'une conférence de presse donnée dans la nuit à Sancy, que le déploiement du dispositif de gendarmerie a "peut-être" conduit l'auteur de l'enlèvement à libérer sa victime.

"On avait bien affaire à un enlèvement", a confirmé le procureur.

"Berenyss a pu parler avec ses parents au téléphone, et ces derniers devaient la récupérer dans la nuit", a-t-il ajouté, avant de préciser que le dispositif Alerte Enlèvement a été levé, mais que les recherches se poursuivent pour interpeller l'auteur du rapt.

Selon nos informations, la petite-fille a pu regagner son domicile de Sancy avec ses parents, dans la matinée, ce vendredi.

Pas de violences

Selon le procureur, la fillette a raconté n'avoir "pas été victime de violences, ni physiques, ni sexuelles" au cours des heures où elle a disparu. Une affirmation confirmée par les analyses médicales effectuées à l'hôpital, selon nos informations.

L'enfant est la deuxième d'une fratrie de trois -un grand-frère de 14 ans et un petit frère de 5 ans-, et sa famille est présentée comme "sans problèmes". Le père travaille dans l'industrie au Luxembourg voisin, et son épouse travaille à la mairie, où elle s'occupe des animations, notamment avec les enfants du village. 

Adrienne Sigel, avec AFP