BFMTV

Bébés congelés dans l'Ain: la mère condamnée à 23 ans de réclusion

Croquis d'audience d'Audrey Chabot, soupçonnée d'une récidive d'infanticide et dont le procès s'est ouvert à la cour d'Assises de l'Ain.

Croquis d'audience d'Audrey Chabot, soupçonnée d'une récidive d'infanticide et dont le procès s'est ouvert à la cour d'Assises de l'Ain. - Christophe Busti - AFP

Dans le procès pour récidive présumée d'infanticide qui se tient devant la cour d'assises de l'Ain, une peine de 23 ans de réclusion criminelle a été prononcée ce jeudi, à l'encontre d'Audrey Chabot.

La cour d'assises de l'Ain a condamné ce jeudi à 23 ans de réclusion criminelle Audrey Chabot, une mère de 34 ans, pour avoir noyé deux bébés retrouvés dans son congélateur en 2013, après un premier infanticide. La cour a également ordonné cinq ans de suivi socio-judiciaire avec injonction de soins, effective dans l'immédiat.

L'avocat général avait requis ce jeudi matin une peine de 27 ans de réclusion, assortie d'une période de sûreté des deux tiers.

Déjà condamnée en 2005

L'accusée était jugée en récidive après avoir été condamnée pour un premier infanticide commis en 2002: les assises de l'Ain, déjà, lui avaient infligé 15 ans de réclusion en 2005. Mais elle avait été libérée à mi-peine en décembre 2010, les psychiatres estimant qu'elle "ne présentait pas de risques de récidive".

"Je n'évacuerai pas la responsabilité de l'institution, car il y a eu aussi dysfonctionnement", avait déclaré l'avocat général dans son réquisitoire, pointant le fait que l'on "n'avait pas vérifié" que Mme Chabot se soumettait bien au "suivi psychologique" ordonné par la justice dans le cadre de sa libération conditionnelle.

Macabre découverte dans le congélateur

Le 24 mars 2013, le petit ami de cette serveuse de restaurant découvrait un petit corps dans le congélateur du modeste appartement où elle vit à Ambérieu (Ain). Il alertait les gendarmes, qui retrouvaient sur place un deuxième corps congelé.

Placée en garde à vue, Audrey Chabot, "très abattue" selon les enquêteurs, reconnaissait avoir accouché à l'automne 2011 et 2012 à l'insu du père des enfants, qui ne vivait pas avec elle. Deux petits garçons, nés viables, qu'elle avouait avoir noyés dans le bac à douche. Une semaine après sa naissance pour le premier.

D. N. et A. S. avec AFP