BFMTV

Bas-Rhin: une centaine de tombes du cimetière juif de Westhofen profanées

A une vingtaine de kilomètres du cimetière profané, des tags antisémites ont également été constatés dans la matinée. Les gendarmes ont procédé aux premiers actes d'enquête.

Des "inscriptions antisémites" ont été retrouvées ce mardi sur 107 tombes du cimetière juif de Westhoffen dans le Bas-Rhin, non loin de Strasbourg, a indiqué la préfecture dans un communiqué.

"Cette découverte intervient alors que des tags antisémites avaient déjà été constatés dans la matinée dans la commune de Schaffhouse-sur-Zorn", à une vingtaine de kilomètres de Westhoffen, selon la même source. La gendarmerie "effectue actuellement les premiers actes de constatations et d'investigations" dans le cimetière profané, selon la préfecture.

Selon Maurice Dahan, président du consistoire israélite du Bas-Rhin, le cimetière de Westhoffen compte quelque 700 tombes. Celles qui ont été profanées ont été "essentiellement" maculées de "croix gammées" noires, a-t-il précisé.

"Des actes abjectes et répugnants"

Le président de la République Emmanuel Macron a tweeté, dans la soirée, que "les Juifs sont la France" et que "ceux qui s'attaquent à eux, jusque dans leurs tombes, ne sont pas dignes de l'idée que nous avons de la France".

"L'antisémitisme est un crime et nous le combattrons, à Westhoffen comme partout, jusqu'à ce que nos morts puissent dormir en paix", a-t-il poursuivi.

Les Juifs sont et font la France. Ceux qui s'attaquent à eux, jusque dans leurs tombes, ne sont pas dignes de l’idée que nous avons de la France. L'antisémitisme est un crime et nous le combattrons, à Westhoffen comme partout, jusqu'à ce que nos morts puissent dormir en paix.

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, qui sera mercredi sur place, a dénoncé dans un tweet "des actes abjects et répugnants".

"C'est la consternation, c'est le choc", a réagi Maurice Dahan. "Mais on ne se laisse pas abattre, on ne se résigne pas à quoi que ce soit (...) On ne laissera pas la place à ces gens-là, on sait qui ils sont sur le plan de la pensée", a ajouté celui qui s'est rendu sur place en compagnie du Grand Rabbin de Strasbourg, Harold Abraham Weill.

Le préfet du Bas-Rhin, Jean-Luc Marx, a condamné "avec la plus grande fermeté ces actes antisémites odieux qui frappent une nouvelle fois le Bas-Rhin et exprime son soutien le plus total à la communauté juive", selon un communiqué.

Fait étrange, cette profanation a fait l'objet d'une double revendication anonyme: selon la préfecture, des tags l'évoquant avaient été trouvés mardi matin à Schaffhouse-sur-Zorn, conduisant la gendarmerie à se rendre à Westhoffen où les militaires ont découvert la profanation.

Par ailleurs, d'autres tags antisémites découverts le 26 novembre sur les murs de la mairie-école de Rohr, à une quinzaine de km de Westhoffen, semblaient annoncer la profanation de mardi: selon Maurice Dahan, ils indiquaient en effet "cim juif Westhoffen", ainsi que les lettres "EWK", sans pouvoir expliquer leur signification.

Recrudescence de graffitis à caractère antisémite

Le ou les auteurs de cette série de profanations n'ont pas été identifiés, selon Maurice Dahan, qui note que le nombre "14", retrouvé parmi les tags antisémites à Quatzenheim, était également présent parmi ceux relevés à Westhoffen.

L'Alsace est confrontée, depuis plusieurs mois, à une recrudescence de graffitis et dégradations à caractère antisémite et/ou raciste. Mi-avril, des tags racistes et antisémites avaient été découverts sur les murs de la mairie de Dieffenthal (Bas-Rhin). Quelques jours plus tard, des croix gammées et insultes avaient été taguées sur la façade de la maison d'une élue à Schiltigheim, dans la banlieue de Strasbourg.

Début mars, des écrits antisémites avaient été découverts devant une école de Strasbourg et des croix gammées sur les murs d'une ancienne synagogue à Mommenheim. Des mairies et permanences d'élus ont également été la cible de dégradations.

À une quinzaine de kilomètres de Westhoffen, 96 tombes du cimetière juif de Quatzenheim avaient été souillées de tags antisémites le 19 février. Auparavant, le 11 décembre 2018, un autre cimetière israélite à Herrlisheim, au nord-est de Strasbourg, avait été visé.

Mélanie Vecchio et Kevin Drouant avec AL et AFP