BFMTV

Attentat de Conflans: deux collégiens déférés pour avoir désigné Samuel Paty

Jean-François Ricard, procureur de la République antiterroriste.

Jean-François Ricard, procureur de la République antiterroriste. - BFMTV

Deux collégiens de 14 et 15 ans ont été déférés dans la nuit de mardi à mercredi en vue d'être présentés à un juge d'instruction antiterroriste en charge du dossier sur l'assassinat de Samuel Paty.

Un fait qui "interroge". Deux mineurs ont été déférés dans la nuit de mardi à mercredi en vue d'être présentés au juge d'instruction en charge de l'information judiciaire ouverte après l'assassinat de Samuel Paty. Les deux collégiens, scolarisés au Bois-d'Aulne où enseignait le professeur d'histoire-géographie, sont âgés de 14 et 15 ans.

Les deux collégiens sont soupçonnés d'avoir apporté une aide à Abdoullakh Anzorov en lui désignant l'enseignant à la sortie du collège. "L'identification de Samuel Paty n'a été possible que grâce à l'intervention des mineurs", a précisé Jean-François Ricard, le procureur national antiterroriste, précisant que l'"implication" de ces collégiens "est apparue comme probante".

"Poursuivre des jeunes mineurs dans un dossier terroriste n'est pas inédit mais interroge", a d'ailleurs estimé le procureur.

"Frapper" le professeur

Vendredi 16 octobre, vers 14 heures, un collégien a été approché par Abdoullakh Anzorov afin de l'aider à identifier Samuel Paty. Le terroriste dispose alors en effet du nom du professeur, de l'adresse du collège mais pas de la description physique de sa cible. L'élève, accompagné d'un camarade, lui fait alors une description en échange d'une forte somme d'argent, entre 300 et 350 euros.

Abdoullakh Anzorov leur verse une partie de l'argent et précise alors son projet. Il affirme aux élèves vouloir "filmer le professeur, l'obliger à demander pardon pour la caricature du prophète, l'humilier, le frapper", précise le procureur national antiterroriste. Les deux collégiens informent d'autres camarades, certains acceptent de participer, d'autres non.

"Complicité d'assassinat"

Pendant une partie de l'après-midi, ces collégiens vont rester aux abords de l'établissement scolaire, se cachant des caméras de vidéosurveillance ou évitant une patrouille de police qui passait devant le collège. Lorsque Samuel Paty sort de l'établissement, des collégiens vont le désigner auprès d'Abdoullakh Anzorov. Le premier collégien récupère le reliquat de la somme d'argent promise, et quitte les lieux. Le terroriste part alors à la poursuite du professeur.

Outre ces deux collégiens, cinq autres personnes ont été déférées en vue d'une présentation à un juge d'instruction en charge de l'information judiciaire ouverte pour "complicité d'assassinat", "complicité de tentative d'assassinat sur personne dépositaire de l'autorité publique" et "association de malfaiteurs terroriste".

https://twitter.com/justinecj Justine Chevalier Journaliste police-justice BFMTV