BFMTV

Attaque au couteau à Paris: une enquête ouverte pour homicide volontaire

Dimanche, sur les bords du canal de l'Ourcq, dans le XIXe arrondissement de Paris, un homme a attaqué plusieurs passants au couteau. On dénombre sept blessés dont quatre en urgence absolue. A ce stade, la piste terroriste n'est pas privilégiée.

Dimanche soir, sur les coups de 22h45, sept personnes ont été blessées par un homme armé d'un couteau et d'une barre de fer sur les bords du canal de l'Ourcq dans le XIXe arrondissement de Paris. C'est aux environs du cinéma MK2 quai de Loire que l'assaillant a fait ses premières victimes avant de prendre la fuite, pris pour cible par les boules lancées par des joueurs de pétanque témoins de la scène.

Un pronostic vital est engagé

Il a ensuite blessé deux touristes britanniques puis a été arrêté par la Brigade anticriminalité (la BAC) alors qu'il était maîtrisé et désarmé par des témoins. Le bilan a évolué: sur les sept victimes, quatre se trouvent en urgence absolue. Un pronostic vital est engagé. Une personne enfin est en état de choc. Deux des victimes sont donc britanniques, trois sont françaises, une est de nationalité égyptienne. 

L'un des témoins s'est exprimé. "On a vu des gens par terre, le sang, un mec qui courait avec un couteau de 40 centimètres. (...) Après, il a été interpellé par un policier en civil, qui a dit: 'écartez-vous, écartez-vous'." 

Smaïn, qui est intervenu pour désarmer le forcené, a raconté:

"J’ai essayé de le stopper. Il y avait une personne avec moi, on a essayé de le stopper. Les autres couraient toujours derrière lui. On l’a suivi. On l’a encerclé pour qu’il ne bouge pas. On était cinq, l’un avait une palette, un autre une barre de fer, moi j’avais un bout de bois et deux autres des boules de pétanque. J’ai arraché le couteau de sa main et je l’ai posé par terre."

"Il n'était pas dans son état normal" 

Smaïn, qui a noté que l'homme n'avait pas prononcé un mot, a émis l'hypothèse qu'il était sous l'emprise de stupéfiants: "Il n'était pas dans son état normal". 

Les motivations de l'assaillant sont encore inconnues à ce stade et une enquête pour tentatives d'homicides volontaires a été ouverte, la piste terroriste n'étant pas privilégiée par les enquêteurs. La 2e DPJ a été saisie. On connaît pour le moment peu de choses du profil de l'assaillant, inconscient depuis son interpellation et désormais hospitalisé: on sait cependant qu'il est âgé d'une trentaine d'années et portait sur lui au moment des faits des papiers afghans. Il était inconnu des services de police et n'était pas davantage fiché pour radicalisation. 

L'hommage de Gérard Collomb 

Lundi, en fin de matinée, le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb a rendu hommage à l'intervention de particuliers lors de cette attaque:

"Gérard Collomb, ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur tient à saluer la grande réactivité et le courage dont ont fait preuve plusieurs citoyens lors des agressions commises hier soir peu avant 23 heures dans le 19ème arrondissement de Paris. Grâce à leur intervention, l'auteur des tentatives d'homicides a pu être maîtrisé avant son interpellation très rapide par les fonctionnaires de police de la BAC locale, à qui le ministre fait part de sa profonde reconnaissance."

Une cellule psychologique doit être mise en place cet après-midi à la mairie du XIXe arrondissement. 

Robin Verner avec le service police-justice de BFMTV