BFMTV

Attaque à Marseille: ce que l'on sait du profil de l'assaillant

Les enquêteurs tentent de déterminer la véritable identité, de l'assaillant qui a tué deux jeunes femmes dimanche. Le procureur de la République de Paris a livré quelques éléments lors d'une conférence de presse lundi à la mi-journée.

Au lendemain de la mort de deux jeunes femmes, tuées lors d'une attaque au couteau dans la gare de Marseille, les enquêteurs tentent de déterminer avec précision le profil de l'assaillant. Daesh a revendiqué l'attaque dimanche via son organe de propagande et le parquet antiterroriste de Paris a été saisi, mais le caractère terroriste des faits n'a pas été confirmé par les autorités françaises à ce stade.

L'homme, qui a été abattu dimanche par des militaires de l'opération Sentinelle, était connu des services de police pour des faits de petite délinquance, comme des affaires de stupéfiants, de vols ou encore d'infraction à la législation sur les étrangers. La dernière fois qu'il a été arrêté remonte à ce vendredi, le 29 septembre. Il a été interpellé à Lyon pour vol à l'étalage, avant d'être relâché.

Divorcé, sans domicile ni profession

Comme l'a expliqué François Molins lors d'une conférence de presse ce lundi à la mi-journée, lors de son interpellation l'homme en question a donné quelques informations à la police. Il s'est présenté comme divorcé, sans emploi à part des missions de peintre au noir et sans domicile fixe. Il était également consommateur de drogues dures. 

La principale difficulté, pour les enquêteurs, reste de l'identifier formellement. A chacune de ses arrestations, il a en effet présenté une identité différente. Il est aujourd'hui connu sous sept pseudos, qui ont été retrouvés grâce à ses empreintes digitales. Au moment des faits dimanche, il n'avait sur lui aucun papier d'identité. Seul un téléphone portable a été saisi, et un couteau de cuisine, qui est en train d'être analysé. L'arme du crime, un autre couteau, a également été retrouvée sur les lieux.

Un passeport tunisien mais 7 identités

Lors de sa garde à vue à Lyon, il a présenté un passeport tunisien indiquant 1987 comme date de naissance et dont les enquêteurs tentent de déterminer l'authenticité. Il lui a été restitué au moment de sa libération, l'infraction ayant été classée sans suite car insuffisamment caractérisée. 

Agé d'une trentaine d'années environ, l'assaillant est vraisemblablement un étranger en situation irrégulière, arrivé en France en début d'année. Une seule certitude à ce stade, il était inconnu des services de renseignements. Ce qui n'empêche pas qui ait pu être radicalisé, comme devra le déterminer l'enquête. Plus de la moitié des Français partis en Syrie étaient connus dans l'hexagone pour des faits de droit commun. 

Les investigations tentent désormais de retracer son parcours avec plus de précision, mais aussi ses contacts et ses relations. 

Charlie Vandekerkhove avec Cécile Ollivier