BFMTV

Argenteuil: ce que l'on sait de la mort de l'adolescente retrouvée dans la Seine

Une adolescente de 14 ans a été retrouvée morte dans la Seine au niveau du Quai de Saint-Denis à Argenteuil (Val-d'Oise)

Une adolescente de 14 ans a été retrouvée morte dans la Seine au niveau du Quai de Saint-Denis à Argenteuil (Val-d'Oise) - BFMTV

Deux adolescents de 15 ans ont été placés en garde à vue pour des faits d'assassinat, ce mardi, dans les locaux de la police judiciaire de Cergy, après qu'une jeune fille de 14 ans a été retrouvée morte dans la Seine à Argenteuil (Val-d'Oise).

Une adolescente de 14 ans a été retrouvée morte, ce lundi vers 20h30, dans la Seine à Argenteuil (Val-d'Oise), a annoncé le parquet de Pontoise dans un communiqué. Deux jeunes de 15 ans, un garçon et une fille en couple, ont été interpellés. Ils sont actuellement en garde à vue pour des faits d'assassinat dans les locaux de la police judiciaire de Cergy chargée de l'enquête. Tous les trois fréquentaient le même lycée privé professionnel à Argenteuil.

· Comment le corps a-t-il été retrouvé?

Lundi après-midi, entre 16h et 17h, le couple, accusé du meurtre de l'adolescente, est rentré au domicile du garçon, a-t-on appris de sources concordantes. Ils sont apparus très agités et se sont réfugiés dans la chambre du jeune homme. Ce dernier portait des vêtements ensanglantés. Il en est ressorti ensuite avec des vêtements propres et s'est confié à sa mère. Il lui a annoncé qu'ils avaient frappé la jeune fille et qu'elle était tombée dans la Seine, lui indiquant le lieu des faits.

La mère s'est alors rendue sur les lieux indiqués par son fils, au niveau du Quai de Saint-Denis à Argenteuil, où elle a découvert un gant ensanglanté avec une mèche de cheveux. Selon elle, le gant appartient à la petite amie de son fils. Quand elle est rentrée à son domicile, aux alentours de 19h, les adolescents n'étaient plus là. Elle a décidé de se confier à une voisine qui lui a conseillé d'appeler la police. Elles ont toutes les deux appelé le commissariat d'Argenteuil. La mère de l'adolescent s'est ensuite rendue, vers 19h30, au commissariat et a indiqué aux policiers avoir été sur le lieu du crime.

Sur les lieux, les policiers du commissariat d'Argenteuil ont retrouvé le corps de la victime à l'endroit indiqué par la mère du garçon, "immergé dans 1 mètre d'eau, à 4m50 de distance de la berge et à 7m du ponton en béton situé en hauteur", a précisé le parquet de Pontoise. Il s'agissait bien de la jeune fille, dont les parents avaient signalé la disparition, craignant une fugue.

Le parquet a indiqué que l'examen du corps par un médecin légiste sur place avait permis de constater la présence de traces de coups à la tête et au visage. L'autopsie doit désormais permettre de déterminer précisément les causes du décès.

· Qui est la jeune victime?

La victime est une adolescente de 14 ans qui était scolarisée au lycée privé professionnel Cognacq-Jay à Argenteuil. Sa mère, interrogée sur BFMTV aux côtés de son mari, s'est dit "très triste" que sa fille soit morte. Elle était "une fille vraiment bien, une bonne élève", a-t-elle confié sur notre antenne.

"C'était ma meilleure amie, la meilleure du monde. [...] C'était ma chair, on m'a arraché mon cœur", a-t-elle ajouté, affirmant que sa fille avait été "menacée de mort" par le couple. "Ils étaient très jaloux, parce qu'elle était une bonne élève et qu'ils n'y arrivaient pas. Tout le monde disait que du bien d'elle", a-t-elle assuré.

· Qui sont les deux jeunes en garde à vue ?

Les deux adolescents, âgés de 15 ans, étaient scolarisés dans le même établissement que la victime. Ils ont été interpellés dans la nuit de lundi à mardi, vers 2h du matin, au domicile d'un ami, a indiqué le parquet de Pontoise. Ils sont actuellement en garde à vue pour des chefs d'assassinat. Ils n'ont aucun antécédent judiciaire.

La mère du jeune homme, interrogée sur notre antenne, a expliqué qu'elle "n'y croyai[t] pas" et qu'elle se sentait "vide".

"Je n'aurais jamais pensé dénoncer mon fils pour une chose comme ça. C'est un gros nounours, il est tout le temps sur son ordinateur. Mais depuis qu'il a rencontré sa copine, en septembre, il n'est plus le même. [...] Sa copine a déjà eu des altercations avec la petite qui est décédée" explique Nathalie. "Elles se sont battues la semaine dernière, toutes les deux", a-t-elle raconté sur BFMTV.

Elle a avancé l'hypothèse "d'un triangle amoureux", indiquant que son fils "aurait eu une relation avec elle (la victime) avant d'être avec la nouvelle".

· La piste du harcèlement étudiée par les enquêteurs

Les enquêteurs se dirigent pour l'instant vers la piste du harcèlement, a appris BFMTV ce lundi, selon un scénario en cours de vérification.

Début février, la jeune victime avait été informée que des photos dénudées de sa personne circulaient. Elle se serait plainte qu'un jeune garçon avait piraté son compte Snapchat et diffusé les clichés. La direction de l'établissement, qui avait été mise au courant, avait convoqué la jeune fille et sa mère. Elle avait conseillé à cette dernière de porter plainte. Il n'y a finalement pas eu de plainte car l'adolescente s'est rétractée au dernier moment. L'élève accusé d'avoir diffusé les photos avait été renvoyé à titre conservatoire, dans l'attente d'un conseil de discipline, fixé au 3 mars.

Après les vacances scolaires, le 1er mars, une bagarre avait éclaté entre la victime et la petite amie du jeune homme renvoyé, toujours au sujet de ces photos. La jeune victime avait alors expliqué à la direction que les photos circulaient toujours. La petite amie avait également été renvoyée. Un conseil de discipline commun avec son petit ami était fixé, ce mardi, au 9 mars.

Une enquête pour des faits d'assassinat est en cours pour déterminer la chronologie exacte des événements ainsi que les motifs et les circonstances du drame.

· Une cellule d'écoute ouverte au lycée Cognacq-Jay

Le lycée privé professionnel Cognacq-Jay a mis en place une cellule d'écoute, ce mardi après-midi, a indiqué sa directrice Christine Cadart devant les caméras des journalistes.

"À cette heure, notre priorité est d'accompagner au mieux nos élèves, leur famille et l'ensemble des personnels. Avec l'aide du rectorat, une cellule d'écoute a été mise en place à destination des élèves et des adultes", a-t-elle expliqué devant l'établissement.

Clément Boutin avec Simon Azelie