BFMTV

Après une course-poursuite, ils abandonnent des grands crus volés près de Lyon

(Photo d'illustration) Un agent de gendarmerie.

(Photo d'illustration) Un agent de gendarmerie. - AFP

Au moins trois hommes sont recherchés après le vol de bouteilles de vin dans un Relais Château en Saône-et-Loire. Le butin est estimé à 350.000 euros.

Des malfaiteurs qui étaient parvenus à faire main basse sur quelque 350.000 euros de grands crus dans la cave d'un Relais Château de Saône-et-Loire ont dû abandonner leur butin mardi près de Lyon après une course-poursuite mouvementée avec des gendarmes.

Suivis par le propriétaire

Le matin vers 5h15, plusieurs individus arrivés à bord d'un fourgon ont fracturé les portes de l'établissement de Saint-Jean-de-Trézy, et dérobé des centaines de bouteilles avant de repartir vers le sud par l'autoroute, en direction de Lyon, ont rapporté les gendarmes à l'AFP.

Réveillé par l'alerte incendie, le propriétaire a réussi à rattraper le fourgon pour le suivre à bonne distance et a prévenu la gendarmerie, permettant à une patrouille de Chagny (Saône-et-Loire) de prendre les malfaiteurs en chasse.

Course-poursuite stoppée à Bron

Pendant la course poursuite, ces derniers ont tenté à plusieurs reprises de jeter des bouteilles sur leurs poursuivants, mais sans faire de blessés, aucune n'ayant percuté le pare-brise des gendarmes.

Le fourgon a heurté une barrière de péage de Villefranche-sur-Saône, puis ses occupants, ne parvenant pas à semer les gendarmes, ont fini par abandonner le véhicule à hauteur de Bron (Rhône) avant de prendre la fuite.

Un autre cambriolage la nuit d'avant

Au moins trois suspects sont recherchés et le parquet de Chalon-sur-Saône a ouvert une enquête, confiée aux Brigades de recherche de Chalon-sur-Saône, Beaune et Bron.

Un autre cambriolage avait déjà été commis la veille, lundi, également à l'aube, dans ce même Relais Château, se soldant par la disparition de 200.000 euros de bouteilles mais sans que le propriétaire ne soit réveillé. On ne sait pas pour l'heure si les auteurs sont les mêmes.

Benjamin Rieth avec AFP Journaliste BFM Régions