BFM Lyon

Lyon: le professeur pris à partie par un parent d'élèves a quitté son poste "à sa demande", selon le rectorat

Des enseignants du collège Les Battières à Lyon sont en grève depuis lundi.

Des enseignants du collège Les Battières à Lyon sont en grève depuis lundi. - BFM Lyon

Les enseignants du collège des Battières, dans le 5e arrondissement de Lyon, ont entamé une grève lundi après le départ d'un de leurs collègues, agressé après un cours sur la liberté d'expression, quelques jours après les hommages à Samuel Paty.

Ils se disent révoltés par "la gestion des incidents ayant conduit au départ de (leur) collègue". Les enseignants du collège des Battières, dans le 5e arrondissement de Lyon, ont entamé une grève lundi, en soutien à un professeur d'histoire-géographie qui a quitté l'établissement après avoir été pris à partie par un parent d'élèves. Ce dernier l'accusait d'avoir tenu des propos islamophobes pendant un cours consacré à la liberté d'expression au mois de novembre, une semaine après les différents hommages rendus à Samuel Paty dans les établissements scolaires.

Une délégation d'enseignants, de syndicats et de parents d'élèves a été reçue ce mardi soir au rectorat par l'inspecteur d'Académie du Rhône. À l'issue de cette rencontre, le rectorat a réagi dans un communiqué et a notamment assuré que le professeur avait décidé de quitter son poste de son propre chef.

"À sa demande, le changement d’affectation a été mis en place, et confirmé à l’intéressé à l’occasion d’une nouvelle rencontre avec les services RH le 4 janvier 2021, est-il souligné dans le communiqué. Le professeur ayant également envisagé l’idée d’une reconversion, le rectorat lui a proposé un accompagnement dans cette voie".

"Retrouver la sérénité"

"Le recteur de l’Académie de Lyon tient à réitérer tout son soutien aux enseignants, victimes dans le cadre de leurs fonctions de toute forme d’agression, et à rappeler qu’il accompagne les personnels dans toutes leurs démarches lors de ce genre d’agissements, est-il en outre écrit. Il souhaite que le collège Les Battières retrouve la sérénité nécessaire à la communauté éducative."

"La sérénité, on a envie de la retrouver", confirme Isabelle, membre de l'association des parents d'élèves au micro de BFM Lyon. Et l'intéressée d'apporter son soutien au professeur victime de l'agression: "C'est un professeur qui est connu, qu'on apprécie, qui est reconnu pour son dévouement, pour la qualité de ses cours".

"À ce jour, la gestion de ces incidents ayant conduit au départ de notre collègue nous révolte et ne nous permet pas d'exercer notre métier dans des conditions sereines, a affirmé une professeure au micro de BFM Lyon, préalablement à la réunion avec l'inspecteur académique. Nous pensons que pour que la communauté éducative permette à chaque jeune d'avancer, une pleine confiance entre la famille, l'élève et l'école est indispensable."

"Aucune violences, menaces, ni injures"

Les professeurs mobilisés auraient aimé que la famille du parent d'élèves soit reçue, recadrée et les enfants transférés vers un autre établissement. Selon l'Académie de Lyon, le parent d'élèves concerné par l'altercation a refusé à deux reprises d'échanger avec l'enseignant.

Le rectorat assure enfin s'être "associé à la plainte pour diffamation" déposée contre le parent d'élèves le 13 novembre, laquelle a été classée sans suite après enquête par l’autorité judiciaire.

Contacté par BFM Lyon, Nicolas Jacquet, le procureur de la République, relève que le parent d'élèves a été entendu par les enquêteurs. "Il contestait avoir agressé ou tenu des propos injurieux ou diffamatoires à l’égard de l’enseignant même s’il admettait que le ton était monté, ce qu’il regrettait", note le magistrat.

L'audition d'un témoin direct de la scène, poursuit-il, confirme une discussion "tendue". Mais celle-ci "n'avait donné lieu à aucune violences, menaces, ni injures".

Florian Bouhot Journaliste BFM Régions