BFMTV

Appel à la démission du cardinal Barbarin: une victime s'associe à la démarche du prêtre

Il salue l'initiative du prêtre de Valence qui appelle à la démission du cardinal Barbarin. Cette victime du père Preynat et membre de l'association La Parole libérée va même plus loin.

C'est pour lui un pas important au sein même de l'Église. Pierre-Emmanuel Germain-Thill, victime du père Preynat et membre de l'association La Parole libérée -qui a relayé l'appel d'un prêtre demandant le départ du cardinal Barbarin- est soulagé par l'initiative de l'ecclésiastique du diocèse de Valence.

"Je me suis douté qu'il y avait des gens qui en avaient marre"

"Je me suis toujours douté qu'il y avait des gens au sein de l'Église qui devaient en avoir marre, comme nous, que les choses traînent en longueur. Que cette personne parle et appelle à la démission, je trouve ça très bien", témoigne-t-il pour BFMTV.

Il va même plus loin et envisage d'appeler à la démission du pape. Mardi, Pierre Vignon, a décidé de tenir tête à sa hiérarchie. Dans une lettre ouverte, ce prêtre appelle à la démission du cardinal Barbarin. L'archevêque de Lyon est poursuivi pour non-dénonciation d'actes pédophiles.

"Nous sommes à une de ces heures cruciales de l'histoire où de grands actes s'imposent", écrit-il dans ce texte relayé par deux associations de victimes, La Parole libérée et l'AVREF (Aide aux victimes des dérives de mouvements religieux en Europe et à leurs familles). 

Mise en ligne mardi, la pétition a recueilli près de 5000 signatures en vingt-quatre heures. Ce n'est pas la première du genre: en 2016, une pétition en ligne à l'initiative d'un étudiant en sciences politiques qui demandait "la démission immédiate" du cardinal Barbarin avait recueilli plus de 70.000 signatures.

"J'ai un sentiment de nausée"

Interrogé par BFMTV, Pierre Vignon a expliqué ne pas tolérer de tels agissements au sein de l'Église.

"J'ai un sentiment de nausée depuis des années avec toutes ces histoires. C'est pas bientôt fini? Qu'est-ce qu'ils font? Qu'est-ce qui se passe? Il y a bien sûr les faits criminels, mais il y aussi la culture de la couverture."

Il reproche au cardinal d'avoir tu les agissements du père Preynat, accusé de plusieurs dizaines d'agressions sexuelles, et de ne pas l'avoir sanctionné.

"Bernard Preynat est toujours prêtre, rien n'a été fait. Le procès canonique qui devait le juger a foiré de façon incroyable et incompréhensible. Le Saint-Père a des pouvoirs dans l'Église pour un prêtre qui commet des actes gravissimes pour le renvoyer de l'état clérical, c'est le cas."

L'archevêque de Lyon devait initialement être jugé du 4 au 6 avril, avec six autres personnes mises en cause par les plaignants, dont le préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi au Vatican, l'Espagnol Luis Francisco Ladaria Ferrer. Mais l'audience de consignation a été reportée faute de transmission, dans les délais impartis, de la citation à comparaître de Ladaria Ferrer. De nouvelles dates devraient être fixées, le 3 septembre, pour l'audience de consignation et surtout le procès.

C.H.A.