BFMTV

Albi: une institutrice poignardée à mort par la mère d'un élève

Les pompiers et la police, ainsi que des parents inquiets se sont rendus devant l'école Edouard Herriot, à Albi, où une institutrice a été poignardée.

Les pompiers et la police, ainsi que des parents inquiets se sont rendus devant l'école Edouard Herriot, à Albi, où une institutrice a été poignardée. - -

Une enseignante de 34 ans a été poignardée vendredi devant ses élèves dans une école maternelle d'Albi. L'institutrice est morte en fin de matinée, tandis que la suspecte, mère d'une des élèves, est placée en garde à vue. Son état nécessite une hospitalisation psychiatrique, selon le procureur.

Une institutrice a été poignardée à mort vendredi matin à Albi, dans le Tarn, par la mère d'une élève, qui a été immédiatement arrêtée.

"Vendredi matin, une maman est arrivée avec un couteau et a poignardé devant les enfants une enseignante âgée de 34 ans pour une raison que l'enquête déterminera", a déclaré Claude Derens, le procureur d'Albi. "Quand je suis arrivé sur les lieux, on essayait de la ranimer. Elle était en arrêt cardiaque dans sa classe", a précisé le procureur.

L'enseignante, Fabienne Terral-Calmès, était mariée et mère de deux enfants en bas âge. Elle serait morte à 10h30, après une heure de soins prodigués par les équipes de secours. Les élèves ont été évacués de l'école et ont été pris en charge par une cellule psychologique, indique Le Tarn Libre.

"Atteinte de troubles psychiatriques importants"

L'enseignante aurait reçu un seul coup de couteau à l'abdomen, selon France 3. Les faits se sont déroulés à l'ouverture des classes dans l'école maternelle publique Edouard Herriot. L'école accueille dans son ensemble 284 enfants en maternelle et primaire. Le groupe scolaire est situé dans le quartier Lapanouse, près du Stadium municipal de la préfecture du Tarn.

L’institutrice aurait été attaquée à 9h10 par une femme de 47 ans. Selon nos informations, cette dernière criait "je ne suis pas une voleuse!". Elle aurait également dit à l'enseignante "tu as mal parlé à mon enfant", selon France 3. Pourtant, selon la présidente de la FCPE du Tarn, Sandrine Soliman, "il n'y avait pas de problème particulier entre l'enseignante [et la suspecte]".

La suspecte a été placée en garde à vue. Son état nécessite une hospitalisation psychiatrique, a expliqué le procureur. "De façon immédiate, la mise en cause va être placée en milieu psychiatrique sous contrainte", a déclaré Claude Derens. Il a précisé que cette décision a été prise après une première expertise menée vendredi après-midi par deux praticiens, au cours de laquelle la gardée à vue, âgée de 47 ans, avait tenu des "propos incohérents".

La suspecte est connue des services de police pour délaissement d’un mineur de 15 ans et non-signalement de disparition de mineur de 15 ans. Sa fille était scolarisée dans l'école Edouard Herriot depuis seulement "un mois et demi", a indiqué Benoît Hamon, le ministre de l'Education.

La mère aurait déclaré que son acte était justifié, car "la maîtresse avait été méchante avec sa fille", indique Le Point. Selon Benoît Hamon, la suspecte "semble atteinte de troubles psychiatriques importants".

Hollande "solidaire"

François Hollande, qui a exprimé sa "consternation" face au drame, avait demandé ce matin au ministre de l'Education nationale Benoît Hamon de se rendre sur place. "Tous les services de l’Etat sont mobilisés pour prendre en charge les enfants et les personnels qui ont été témoins de ce drame abominable", a indiqué l'Elysée dans un communiqué (voir ci-dessous). Le président de la République a également assuré à la famille de la victime toute sa "solidarité".

Vendredi en début d'après-midi, le ministre de l'Education nationale Benoît Hamon a rendu hommage à la mémoire d'une enseignante "remarquable". Selon lui, la justice doit désormais "faire son travail". "Il ne faut pas banaliser ce qui s'est passé là", a assuré le ministre, en visite sur les lieux du drame, tout en ajoutant qu'il s'agissait d'un acte isolé.

Meurtre d'une enseignante à Albi - Communiqué du Président publié par Fil_actu

M. K. avec AFP