BFMTV

Affaire Matzneff: ouverture d'une enquête pour viols sur mineur

Le parquet de Paris a ouvert l'enquête après la parution du livre "Le Consentement", qui témoigne notamment des relations sexuelles entre Vanessa Springora, alors mineure, et Gabriel Matzneff, alors cinquantenaire.

À la suite de la parution de l'ouvrage Le consentement, paru le 2 janvier, le parquet de Paris a ouvert, ce vendredi 3 janvier "une enquête du chef de viols commis sur la personne d’un mineur de 15 ans au préjudice, notamment, de Vanessa Springora", précise un communiqué du parquet du tribunal de grande instance de Paris.

"Au-delà des faits décrits par Vanessa Springora dans son livre, les investigations, confiées à l’Office Central de Répression des Violences faites aux Personnes (OCRVP), s’attacheront à identifier toutes autres victimes éventuelles ayant pu subir des infractions de même nature sur le territoire national ou à l’étranger", explique le communiqué.

Aucune plainte n'a été déposée pour le moment, précise une source proche du dossier à BFMTV. L'enquête va se dérouler en France mais aussi à l'étranger, car Vanessa Springora ainsi que Gabriel Matzneff lui-même décrivent des relations sexuelles avec des mineurs à Manille aux Philippines.

Identifier d'autres victimes

Selon cette même source à BFMTV, même si les faits sont prescrits concernant Vanessa Springora cela n'empêche pas la tenue d'une enquête. D'abord pour faire la lumière sur ce qu'elle dit avoir subi, et ensuite pour identifier d'éventuelles autres victimes.

Le goût de l'auteur Gabriel Matzneff pour "les moins de seize ans" (du nom de l'un de ses essais) est au coeur du livre Le Consentement. L'éditrice Vanessa Springora y décrit une relation sous emprise racontant sur 200 pages avoir été séduite à 14 ans par le presque quinquagénaire (elle le nomme G.) au milieu des années 1980.

L'auteur pointé du doigt a répondu à ces accusations dans le journal L'Express. "Je ne mérite pas l'affreux portrait que - ceux qui ont lu ton livre s'accordent hélas sur ce point - tu publies de moi en ce début d'année 2020. Non, je ne le mérite pas, ce n'est pas moi, ce n'est pas ce que nous avons ensemble vécu, et tu le sais", écrit-il. 

Alexandra Gonzalez avec Salomé Vincendon