BFMTV

Gabriel Matzneff publie une lettre de réponse à Vanessa Springora: "Je ne mérite pas l'affreux portrait que tu publies de moi"

Accusé par l'éditrice Vanessa Springora d'avoir abusé de sa jeunesse, lorsqu'elle avait 14 ans et lui presque 50, Gabriel Matzneff publie une lettre dans les colonnes de L'Express.

Gabriel Matzneff prend la parole. L'auteur de 83 ans répond ce jeudi, dans une longue lettre publiée par L'Express, à la controverse qui entoure la sortie du livre Le Consentement, de Vanessa Springora.

Dans cet ouvrage publié par Grasset, l'éditrice de 47 ans dénonce la relation abusive que Gabriel Matzneff, alors presque quinquagénaire, a entretenue avec elle au milieu des années 1980. Elle était alors âgée de 14 ans. L'octogénaire, dans la lettre de L'Express, évoque lui un "exceptionnel amour":

"Je ne mérite pas l'affreux portrait que - ceux qui ont lu ton livre s'accordent hélas sur ce point - tu publies de moi en ce début d'année 2020. Non, je ne le mérite pas, ce n'est pas moi, ce n'est pas ce que nous avons ensemble vécu, et tu le sais", écrit-il. 

Des lettres d'amour attribuées à Vanessa Springora

L'auteur dévoile des lettres qu'il attribue à Vanessa Springora. La première est une lettre de rupture qu'elle lui aurait adressée à l'époque. Elle y décrit une "passion folle", "devenue démoniaque":

"Tu es et resteras jusqu'à ma mort mon premier amour et jamais je n'oublierai tout ce que nous avons vécu et combien nous nous sommes aimés", peut-on lire dans cette lettre d'adieu. "Ce que nous avons vécu de bonheur, de plaisir, d'amour fou, cette communion (...) rien ni personne ne pourra jamais me les enlever, cela est mon trésor".

Gabriel Matzneff s'étend également sur leurs retrouvailles, survenues à plusieurs reprises après la rupture, qu'il qualifie de "tendres" et "complices". Il assure qu'il ne lira pas Le Consentement, qu'il décrit comme un "coup de poignard dans le coeur": "Je préfère me contenter des dizaines de lettres d'amour fou que Vanessa m'a écrites, de ses photos, de mes adorables souvenirs."

Des attaques "injustes"

Et de décrire "Non pas un livre à l'image de ce qu'ensemble nous vécûmes, mais un livre où, m'affirment ceux qui l'ont lu, elle trace de moi un portrait dénigreur, hostile, viré au noir, destiné à me nuire, à me détruire (...) Elle tente de faire de moi un pervers, un manipulateur, un prédateur, un salaud. Un livre dont le but est de me précipiter dans le chaudron maudit où ces derniers temps furent jetés le photographe Hamilton, les cinéastes Woody Allen et Roman Polanski."

Gabriel Matzneff avait déjà pris la parole pour dénoncer des attaques "injustes et excessives", en contradiction avec "la beauté de l'amour (qu'ils) vécurent". 

"Pas une once de mea culpa"

Jérôme Dupuis, journaliste à L'Express, a livré une analyse de ce texte à l'antenne de BFMTV: "Il n'accepte pas que l'une des personnes qu'il a 'portriturée' (sic) dans un de ses livres (...) se retourne contre lui aujourd'hui et lui dise ses quatre vérités. (...) Il n'y a pas une once de pardon, pas une once de mea culpa, il n'entrouvre rien."

La publication du livre de Vanessa Springora soulève, entre autres, la question d'une complaisance envers la pédophilie à la fin du XXe siècle. Dans ses livres, Gabriel Matzneff s'est plusieurs fois étendu sur son goût pour "les moins de 16 ans", du nom de l'un de ses essais. Des extraits d'émissions littéraires, dans lesquelles il s'étendait sur ses rapports avec des mineurs sans une condamnation de ses interlocuteurs, refont surface sur les réseaux sociaux. Bernard Pivot a notamment formulé des "regrets" au sujet d'une séquence d'Apostrophes, diffusée en 1990. 

A l'heure où nous écrivons ces lignes, la justice ne s'est pas saisie de cette affaire, et, en l'absence de plaintes, le parquet de Paris n'a pas ouvert d'enquête.