BFMTV

Accusé de sexisme, le restaurateur porte plainte pour harcèlement

Vue du tribunal de Pontoise.

Vue du tribunal de Pontoise. - MARTIN BUREAU / AFP

Les trois femmes avaient dénoncé sur les réseaux sociaux la pancarte sexiste du restaurateur des Hauts-de-Seine.

Début janvier, un restaurateur de Reuil-Malmaison, dans les Hauts-de-Seine, est interpellé par trois femmes sur les réseaux sociaux. Ces dernières critiquent une ardoise située devant le restaurant sur laquelle est écrite: "Mon secret de séduction tient en trois mots: gentillesse... Humour et Bagou... si ça ne marche pas je me contente des premières lettres". Des lettres qui créent l'acronyme GHB, la drogue des violeurs. 

La blague n'est pas au goût des trois habitantes de la commune qui décident de poster une photo de l'ardoise sur les réseaux sociaux. En réponse, le restaurateur a décidé de porter plainte pour harcèlement plaidant qu'à la suite de leur message, la note de son restaurant a chuté sur Google relaie 20 Minutes.

Dans un communiqué publié par la Force juridique de la Fondation des femmes et relayé par 20 Minutes, leur avocate s'insurge. "On marche sur la tête", écrit Maître Sophie Soubiran, avocate au barreau de Paris. "C’est un moyen de mettre la pression, une façon de dire “moi aussi je t’attaque”, explique l’avocate. Cela multiplie les fronts de procédure, les femmes sont alors obligées de payer des frais d’avocats."

Les trois clientes sont soutenues par le collectif féministe contre le viol qui a annoncé porter plainte contre le commerçant pour provocation à la commission d'une infraction. 

Cyrielle Cabot