BFMTV

Accident de l'A7: le turbo du Scénic mis en cause par "des dizaines de témoignages", selon l'avocat du conducteur

Les experts ont conclu que l'accident survenu lundi, qui a fait cinq morts et quatre blessés graves, était lié à une défaillance technique du turbo. Selon Me Nicolas Cellupica, ce n'est pas un cas isolé.

Me Nicolas Cellupica l'avait annoncé mercredi: il souhaite que la responsabilité de Renault soit reconnue dans l'accident survenu lundi sur l'A7, qui a fait cinq morts et quatre blessés graves. Selon les premières conclusions des experts, c'est le turbo du Renault Scénic, "grillé", qui serait à l'origine du drame. L'avocat assure que ce ne serait pas un cas isolé.

"Depuis hier, j'ai reçu des dizaines et des dizaines de témoignages, que ce soit des appels téléphoniques ou des emails au cabinet, de personnes propriétaires de véhicules Renault Scénic, avec un moteur diesel turbo, à qui il est arrivé le même dysfonctionnement", a déclaré l'avocat sur BFMTV.

Me Nicolas Cellupica affirme également que l'Union fédérale des consommateurs, l'UFC-Que Choisir, avait alerté sur les dysfonctionnements de ce moteur dès 2006". "J'ai trouvé de la jurisprudence qui condamne Renault pour vice caché sur cette pièce du moteur", précise en outre l'avocat.

Le constructeur, dans un communiqué, a fait part de sa "vive émotion" et "contribuera naturellement aux investigations". Mais la marque au losange n'a pas réagi aux propos de l'avocat, qui envisage de porter plainte.

"L'enquête a été très vite en besogne"

La défaillance identifiée par les experts sur le turbo, cette partie du moteur qui vise à accroître sa puissance, a entraîné un surrégime et un emballement du moteur. Les fonctions d'assistance, le freinage notamment, sont alors devenues inutilisables.

Une version remise en question par Benjamin Cuq, journaliste spécialisé dans l'automobile, à l'antenne de BFMTV. "Je trouve que l'enquête a été très vite en besogne pour dire que c'est le turbo qui a lâché, explique-t-il. Un turbo qui lâche, c'est une perte, une décélération. Vous vous retrouvez avec un moteur anémié, vous roulez à 80 au lieu de 120."

L'intéressé poursuit:"Le véhicule date de 2005, il faut le rappeler. Quid de son état? Quid de son entretien? La responsabilité, elle est aussi individuelle".

Florian Bouhot Journaliste BFM Régions