BFMTV

Accident de l'A7: pour l'avocat du conducteur, "Renault devra répondre de ses actes"

Maître Cellupica affirme que le drame qui a coûté la vie à 5 enfants est dû à "un problème technique" et que le constructeur Renault "va devoir répondre de ses actes et de ses responsabilités".

Deux jours après l'accident qui a coûté la vie à cinq enfants sur l'A7 dans la Drôme, l'avocat du conducteur prend la parole pour la première fois auprès de BFMTV. Il rappelle que l'accident est dû à un problème technique et non humain et pointe la responsabilité du constructeur du véhicule, à savoir Renault.

"Aucune faute humaine"

"En l'état, absolument aucune faute humaine n'est reprochée à personne. C'est un problème technique visiblement du constructeur automobile Renault puisqu'on parle d'un Scénic. C'est le turbo qui a lâché et qui a mis feu au moteur, aux freins qui ont lâché et qui ont entraîné cet accident épouvantable", explique Maître Nicolas Cellupica.

Le drame a frappé neuf membres d'une famille originaire de Vénissieux, dans la banlieue lyonnaise, et de région parisienne, à bord d'un monospace qui a pris feu avant d'effectuer une sortie de route puis plusieurs tonneaux dans un champ, à hauteur de la commune d'Albon.

Accident "dramatique"

Cinq enfants âgés de 3 à 14 ans ont trouvé la mort et quatre autres membres de la famille, dont un enfant de 7 ans et deux adultes au pronostic vital engagé sont actuellement pris en charge dans des centres hospitaliers à Lyon. À de nombreuses reprises sur les réseaux sociaux, le nombre de passagers a été pointé du doigt. Mais selon l'avocat "neuf, sept, cinq ou six [enfants], ça n'aurait absolument rien changé."

"On est sur un problème technique et le constructeur va devoir répondre de ses actes et de ses responsabilités dans cet accident dramatique."

Alors qu'une enquête a été confiée à l'Escadron départemental de la sécurité routière (EDSR) Isère, il espère qu'une information judiciaire sera bientôt ouverte pour "avoir accès au dossier et regarder de plus près les expertises."

"S'il y a un problème mécanique en raison du matériel de chez Renault, Renault devra répondre de ses actes devant le procureur ou le juge d'instruction", ajoute-t-il.
Cécile Ollivier et Esther Paolini