BFMTV

Abdelhakim Dekhar réclame le statut de prisonnier politique

Abdelhakim Dekhar dans le hall de BFMTV le vendredi 15 novembre

Abdelhakim Dekhar dans le hall de BFMTV le vendredi 15 novembre - -

D'après nos informations, le tireur présumé de Paris, toujours en grève de la faim à la prison de Fleury-Mérogis, a demandé le statut de prisonnier politique.

Que devient le tireur présumé de Libération? Mis en examen pour "tentative d'assassinats" et "enlèvement et séquestration", Abdelhakim Dekhar a été transféré il y a huit jours de l'hôpital de l'Hôtel-Dieu vers la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis. Toujours en grève de la faim, l'homme réclame désormais le statut prisonnier politique.

"En guerre contre l'Etat"

Dès son arrivée dans la plus grande prison d'Europe, Abdelhakim Dekhar a été placé dans une cellule individuelle située dans le quartier d'isolement, en raison de sa notoriété et de son état de santé.

L'homme soupçonné d'avoir tiré sur un assistant photographe de Libération a entamé une grève de la faim dès sa mise en examen pour tentative d'assassinat. Il refuse systématiquement tous les plateaux repas qui lui sont proposés. En revanche, il continue de s'hydrater.

Selon les informations de BFMTV, Dekhar réclame le statut de prisonnier politique. Le détenu se présente comme un indigène en guerre contre l'État et les institutions françaises. Depuis, il est, d'après les surveillants, totalement mutique, refusant même de parler au psychiatre de la maison d'arrêt.

Bientôt contraint de parler

S'il persiste dans cette grève de la faim, il pourrait être transféré dans un autre établissement plus adapté. La seule personne à laquelle il parle en détention, c'est son avocat, Rémy Lorrain, venu plusieurs fois lui rendre visite pour travailler sur son dossier judiciaire.

Jusqu'ici Abdelhakim Dekhar avait refusé d'évoquer les faits avec les policiers lors de sa garde à vue invoquant son droit au silence. Un droit qu'il ne pourra pas faire valoir devant le juge d'instruction saisi de l'affaire.

M.G. avec Sarah-Lou Cohen