BFMTV

Qui est Fabien Namias?

Fabien Namias, dans son bureau d'Europe 1, en 2013.

Fabien Namias, dans son bureau d'Europe 1, en 2013. - FRED DUFOUR / AFP

Le journaliste d'Europe 1 est, ce jeudi 19 janvier, l'un des trois intervieweurs du dernier débat avant le premier tour de la primaire de la gauche.

Le crédo: stopper l'hémorragie des auditeurs. Denis Olivennes, patron de Lagardère Active, a décidé de remanier la grille d'Europe 1. Depuis le 2 janvier, l'interview politique de 8h20 n'est plus assurée par Jean-Pierre Elkabbach, journaliste emblématique de la station de la rue François-Ier, mais par Fabien Namias, l'ancien directeur général.

L'éditorialiste, qui a dirigé la station entre 2005 et 2008, récupère deux interviews le week-end et l'émission politique phare de la radio, Le grand rendez-vous. De son côté, Fabien Namias a été par ailleurs remplacé par Richard Lenormand, ancien directeur général du pôle radio/TV de Lagardère Active, mais conserve son titre de patron de l'info, en plus de son nouveau rôle d'intervieweur. 

Enfant de la balle, Fabien Namias est le fils de Robert Namias, journaliste réputé qui a dirigé l'information de TF1 entre 1996 et 2005. Ses débuts dans la profession ne seront d'ailleurs pas très éloignés des pas de son père: entre 1999 et 2004, il officie au service politique de la chaîne d'info LCI, qui appartient au groupe TF1. Particulièrement brillant, il intègre Europe 1 en 2004 et en devient le directeur adjoint de la rédaction en 2009, à seulement 37 ans. Sa fulgurante ascension se poursuit un an plus tard, lorsqu'il est propulsé à la tête du service politique et économique de France 2. Ce jeudi 19 janvier il arbitre aux côtés de David Pujadas et Léa Salamé le dernier débat avant le premier tour de la primaire de la gauche.

Le bateau Europe 1 est en train de couler

Après la campagne présidentielle de 2012, Fabien Namias retourne à Europe 1 pour remplacer Arlette Chabot en tant que directeur de la rédaction, puis directeur général, poste qu'il a occupé pendant 3 ans. A son arrivée, l'objectif était de stopper l'érosion de l'audience face aux généralistes leaders, RTL et France Inter. L'un de ses faits d'armes, le recrutement de la star de C8, Cyril Hanouna, s'est avéré être un échec, son émission Les pieds dans le plat n'ayant jamais su fédérer son public face aux Grosses têtes de Laurent Ruquier. Plus récemment, il a décrété la mise en retrait de l'animateur controversé Jean-Marc Morandini, mis en examen dans une affaire de corruption de mineurs aggravée.

Le départ de Laurent Ruquier, le plantage de Cyril Hanouna, l'affaire des castings de Morandini... Les turbulences que la station a subies ont fortement pesé sur les audiences d'Europe 1, qui se retrouve, en septembre-octobre à quelques points à peine devant France Info et RMC (propriété de NextRadioTV, éditeur de ce site). Sa part de marché, 7,6% au deuxième trimestre, est la plus basse jamais enregistrée depuis 2002.

Mathilde Joris