BFMTV

Philippe Gildas sur les "méthodes Bolloré": "C'est son fric, normal qu'il le gère au mieux"

L'ancien animateur du talk-show Nulle part ailleurs de Canal+ a réagi aux méthodes employées par le patron du groupe et a donné son avis sur la nouvelle formule du Grand Journal.

Invité dans l'émission News et Compagnie jeudi soir sur BFMTV, Philippe Gildas, animateur phare du talk-show Nulle part ailleurs dans les années 1990 sur Canal+, est revenu sur la "méthode Bolloré" mise en place dans la maison depuis plusieurs mois.

"Il y a le feu à la maison Canal+"

"C'est son fric, donc c'est normal qu'il le gère au mieux. Pour l'instant, manifestement, il a des soucis. Il y a le feu à la maison Canal+. Ce n'est pas la première fois. Moi je suis parti en 2003 parce qu'il y avait un certain Monsieur Messier (Jean-Marie, ndlr) qui ne manquait pas de talent mais qui lui aussi était capable de faire des coups d'éclat. Il s'intéressait beaucoup moins aux hommes et aux programmes que ne le fait Monsieur Bolloré aujourd'hui. Je trouve que c'est bien qu'ils aient à la tête de Canal+ aujourd'hui, quelqu'un qui s'intéresse à l'antenne", a confié Philippe Gildas avant d'ajouter: "Je pense qu'il va y arriver Bolloré. Jusqu'ici il a plutôt bien réussi toutes ses affaires".

Philippe Gildas à propos de Maïtena Biraben: "Il faut qu'elle apprenne"

Concernant la nouvelle formule du Grand Journal, l'ancien animateur de Nulle part ailleurs a rappelé qu'il lui avait fallu plus d'un an à l'époque à son programme pour s'installer. "Moi je vais leur laisser du temps", a-t-il déclaré.

Nathalie Lévy a alors demandé à son invité son avis sur la remplaçante d'Antoine de Caunes aux commandes du Grand Journal, Maïtena Biraben, soulignant au passage sa déclaration du jour en plateau – qui n'a pas manqué de faire réagir sur les réseaux sociaux: "Les Français se reconnaissent dans ce discours de vérité qui est celui du Front national".

"Le gros avantage que j'ai eu, c'est que j'avais une longue carrière de journaliste, j'avais été rédacteur en chef, j'avais été présentateur du JT 35 ans plus tôt à la télé et je savais très bien diriger des équipes et faire en sorte qu'on ne dise pas trop de conneries. Après il faut qu'elle apprenne", a conclu Philippe Gildas.