BFMTV

Patrick Sébastien raconte comment il a été viré de France 2

Patrick Sébastien

Patrick Sébastien - Pierre Verdy / AFP

L'animateur a dénoncé dans l'émission Les Terriens du samedi les conditions de son éviction.

"La manière dont j’ai été viré, là…" Six jours après l'annonce du non-renouvellement de son contrat avec France Télévisions, Patrick Sébastien est sorti de son silence, comme convenu, sur le plateau des Terriens du samedi.

Le Parisien a pu assister à l'enregistrement de l'émission de Thierry Ardisson, diffusée ce samedi soir, et rapporte l'explication de l'animateur du Plus grand cabaret du monde

"La manière dont j’ai été viré, là… Depuis une semaine, je n’ai vu personne. Je n’ai pas reçu un coup de téléphone. On a convoqué ma femme, qui est la directrice de ma boîte, pour lui dire en cinq minutes: 'Vous lui direz que c’est fini'. Au bout de vingt-deux ans, où j’ai fait gagner beaucoup d’argent au service public, où j’ai créé, où je n’ai jamais escroqué le service public, j’ai toujours mis l’argent à l’antenne. C’est quand même un peu violent."

Un manque de "respect"

"On m'a fait plein de choses qui ont dû me pousser à partir [...]. Au bout du compte ils y sont arrivés", a encore déclaré l'animateur-producteur de 64 ans dans l'émission de Thierry Ardisson. Il a dénoncé un manque de "respect" de la part de la présidente de France Télévisions Delphine Ernotte. 

"En 4 ans, je l'ai vue 10 minutes et quand je l'ai vue, elle ne savait pas que j'avais fait Le Grand Bluff", émission de 1992 qui détient le record de la plus forte audience jamais relevée en France pour un divertissement avec près de 17,5 millions de téléspectateurs et 74 % de part de marché, a-t-il poursuivi. "C'est comme le patron de la Fédération de tennis qui ne sait pas que Noah a gagné Roland-Garros".

"J'ai appris que j'étais un virus"

L'animateur a également cité une étude sur lui réalisée par France 2 il y a un an qui a conclu: "'Patrick Sébastien fait de l'audience malgré tout grâce à son pouvoir contaminant'. Comme ça j'ai appris que j'étais un virus".

"J'ai quand même une dignité, je ne suis pas un paillasson, allez essuyer vos pieds ailleurs", a-t-il lancé.

L'animateur arrivé sur France 2 en 1996, avait déjà vu le nombre de ses premières parties de soirée réduites à trois Plus Grand Cabaret du Monde et quatre Années bonheur. Contactées par l'AFP, les porte-parole de France Télévisions et de France 2 se sont refusées à tout commentaire. 

Jérôme Lachasse avec AFP