BFMTV

Michel Drucker contre-attaque après le recadrage de France 2: "J'ai passé l'âge de me taire"

Michel Drucker sur le plateau de "Vivement Dimanche" en décembre 2012.

Michel Drucker sur le plateau de "Vivement Dimanche" en décembre 2012. - Patrick Kovarik - AFP

Recadré par France 2 après ses saillies contre Laurent Delahousse, Michel Drucker n'a pourtant pas dit son dernier mot.

Michel Drucker en a gros sur le coeur et compte le dire. L'animateur est très remonté contre Laurent Delahousse, qui après avoir longtemps convoité sa sacro-sainte tranche horaire du dimanche à 19 heures, a fini par l'obtenir l'année dernière.

Même si Michel Drucker - un temps déplacé à 18h - a fini par récupérer son créneau, il n'apprécie pas son confrère. Recadré par France 2, il a pourtant lâché une nouvelle pique lors d'une interview à TV Magazine, mardi, tout en restant assez évasif.

"J’ai passé l’âge de me taire, lâche-t-il. Tout le monde sait que ce milieu, c’est le bal des faux-culs. Après cinquante-cinq ans de métier, je pensais que je méritais plus de courtoisie et d’élégance. Mais je suis trop attaché au passé, à l’affect. C’est la réaction d’un blessé, d’un déçu…"

"Une inélégance incroyable"

L'animateur historique des dimanches après-midi de France 2 avait, de nouveau, ouvert le feu, le 4 juillet dernier dans les colonnes du Parisien, assurant que Laurent Delahousse n'était "pas un mec bien". Evoquant son éviction de la tranche qui précède le journal télévisé, Michel Drucker expliquait encore:

"Il a demandé ma place pendant près de dix ans. Chaque saison, il menaçait la direction de partir s’il n’avait pas le 19 heures alors que j’étais une locomotive pour son journal. Au départ, je ne le croyais pas. Jusqu’au jour où il l’a dit ouvertement. Ça m’a peiné. J’ai trouvé ça surréaliste. Il a été d’une inélégance incroyable."

Si les propos de l'animateur de 75 ans ont déplu à la direction de la chaîne, Michel Drucker peut tout de même compter sur le soutien de Stéphane Bern.

"Il a le droit de dire ce qu'il pense, et le droit de penser ce qu'il veut , a déclaré l’animateur de Secrets d’histoire à Télé-Loisirs. Je trouve que l'on vit dans un monde aseptisé. J'ai beaucoup de respect pour Michel, qui est un grand professionnel. Et je pense que, s'il dit tout ça, c'est que, vraiment, il a été bouleversé et en a gros sur le cœur."

M. R.