BFMTV

Laurent Ruquier: "on nous fait un faux procès"

Laurent Ruquier, en septembre 2014, à la conférence de rentrée de RTL.

Laurent Ruquier, en septembre 2014, à la conférence de rentrée de RTL. - Bertrand Guay - AFP

Une semaine après les propos de Nadine Morano, sur la "race blanche", l'animateur de On n'est pas couché s'explique dans Libération, justifiant le choix de ses invités.

Laurent Ruquier n'en finit pas de s'expliquer. Depuis les propos de Nadine Morano sur la "race blanche", lors de l'émission On n'est pas couché, l'animateur a dû revenir à de multiples reprises sur la polémique. Après Le Parisien, il répond ce lundi aux questions de Libération. Et défend ses choix.

"On nous fait un faux procès" assure ainsi l'animateur, interrogé sur le profil de ses derniers invités, Michel Onfray, Nadine Morano, Alain Finkielkraut. Arguant qu'il reçoit autant de personnalités de gauche, il cite Cécile Duflot et Jean-Christophe Cambadélis, bientôt Claude Bartolone. "On ne va inviter des socialistes tout le temps", s'agace Laurent Ruquier., ajoutant "Morano était invitée car elle est candidate au primaires de la droite".

"Il y a en effet une parole libérée"

"On n'a pas à rougir de quoi que ce soit", se défend-il encore, expliquant n'avoir "reçu Marine Le Pen qu'une seule fois" en "dix saisons" et jamais Florian Philippot.

"Il y a en effet une parole libérée, une petite musique qui se fait entendre", admet l'animateur qui souligne: "Je veux bien reconnaître que le dernier mois a été compliqué. Mais on ne cherche pas à tourner autour de ça, ni à créer de polémiques."

Invitée le 26 septembre dernier sur le plateau de On n'est pas couché, l'eurodéputée Nadine Morano avait déclaré "nous sommes un pays judéo-chrétien, le général de Gaulle le disait, de race blanche, qui accueille des personnes étrangères", poursuivant: "J'ai envie que la France reste la France et je n'ai pas envie que la France devienne musulmane".

M. R.