BFMTV

L'émotion de Yann Moix évoquant le suicide de la policière Maggy Biskupski

Yann Moix dans Les Terriens du samedi le 17 novembre 2018.

Yann Moix dans Les Terriens du samedi le 17 novembre 2018. - Capture d'écran -C8

L'écrivain et chroniqueur des Terriens du samedi, sur C8, a rendu hommage à la policière qui s'est donné la mort lundi.

Yann Moix, manifestement affecté, a évoqué dans Les Terriens du samedi la policière Maggy Biskupski, qui s'est donné la mort cette semaine. Elle avait été reçue sur ce même plateau, fin septembre. L'écrivain et chroniqueur avait alors tenu des propos très durs à l'encontre des policiers qui, selon ses termes, "chient dans leur froc" et "n'ont pas les couilles d'aller dans des endroits dangereux". Samedi, il a évoqué ce débat houleux et ses regrets:

"C'est terrible quand vous vous êtes invectivé avec quelqu'un (...) que vous apprenez qu'une personne que vous avez vu réellement, en face de vous, si jeune, n'est plus là. Vous vous dites que la mort a toujours tort et que pourtant elle a toujours le dernier mot. Cette femme est partie avec ses douleurs, avec son mystère, avec ses peurs avec ses doutes. Si elle était là aujourd'hui, peut-être que je parlerais très longuement avec elle après le débat, et que je ne partirais pas aussi rapidement que je l'ai fait la dernière fois."

"Une impuissance"

Yann Moix avait déjà, avant cela, regretté ses propos, assurant avoir voulu "ce jour-là exprimer par la colère une impuissance par un message que je n’arrive pas à faire passer depuis des mois, qui est que j’ai vu (...) les tabassages et les gazages que j’ai vu faire subir à des jeunes migrants. C’est un traumatisme qui est resté prégnant chez moi, et ça a peut-être déformé ma grille de lecture de la réalité générale".

Il avait également évoqué "les conditions de travail" des policiers "épouvantables". "Ils manquent de moyens, ils manquent de soutien, ils manquent d’appui et ils manquent parfois de parole politique ferme et claire."

Deux syndicats de police ont déposé plainte contre Yann Moix pour "diffamation publique envers une administration publique".

Avec son arme de service

Maggy Biskupski, présidente de l'association "Mouvement des policiers en colère" s'est suicidée lundi 12 novembre à son domicile, dans les Yvelines, avec son arme de service.

Dans la journée qui a précédé sa mort, elle a envoyé des SMS à ses parents et au vice-président de l'association, dans lesquels elle évoquait notamment des conflits internes aux policiers en colère, et confiait ses problèmes avec le mouvement.

M. R.