BFMTV

L'émission Love Island rend hommage à la présentatrice Caroline Flack

BFMTV
L'animatrice britannique est morte samedi dernier à l'âge de 40 ans. Un avocat de la famille a confirmé qu'elle s'était suicidée.

Love Island a rendu hommage, lundi, à Caroline Flack. L'animatrice britannique, qui a présenté ce programme de télé-réalité de 2015 à 2019 sur la chaîne ITV, est morte samedi dernier à l'âge de 40 ans. Un avocat de la famille a confirmé qu'elle s'était suicidée.

"Nous sommes tous absolument dévastés"

L'émission, dont l'épisode de dimanche soir n'a pas été diffusé par respect pour Caroline Flack et ses proches, a ainsi repris en s'ouvrant sur une séquence rendant hommage à la défunte. On y voit des images d'une île, tandis que le présentateur Iain Stirling honore sa mémoire.

"Nous sommes tous absolument dévastés par la tragique annonce du décès de Caroline, une membre très aimée de notre famille de Love Island. Nos pensées accompagnent sa famille et ses amis durant cette période difficile", commence-t-il.

"Caroline et moi étions ensemble depuis le tout début de Love Island et sa passion, sa chaleur et son enthousiasme contagieux ont joué un rôle crucial dans ce qui a permis à l’émission de toucher des millions de téléspectateurs", poursuit-il. "Comme beaucoup d’entre vous, à l’heure actuelle, nous essayons tous de comprendre ce qui est arrivé. Mon seul espoir est que nous puissions tous essayer d’être plus gentils, toujours montrer de l’amour et nous écouter".

Une personnalité "vulnérable" 

Caroline Flack avait quitté son poste au sein de Love Island après avoir été accusée d'avoir frappé son petit-ami. Elle avait plaidé non coupable et devait être jugée en mars. Elle avait alors passé le flambeau à Laura Whitmore, aux commandes de la saison actuellement en cours de diffusion. 

Depuis sa mort, plusieurs voix s'élèvent pour pointer du doigt le traitement réservé par les tabloïds britanniques à cette cette affaire d'agression présumée. Une pétition qui réunit plus de 100.000 signatures réclame qu'une enquête soit réalisée au sein des médias. Les agents de l'animatrice accusent également le Parquet d'avoir voulu monter un "procès-spectacle" contre une personnalité "vulnérable".

Nawal Bonnefoy