BFMTV

Koh-Lanta: Denis Brogniart condamne les menaces de mort et de viol subies par des candidats

Denis Brogniart, présentateur de Koh-Lanta sur TF1

Denis Brogniart, présentateur de Koh-Lanta sur TF1 - Capture d'écran

Sur les réseaux sociaux, Régis et Inès subissent les foudres de nombreux internautes, déçus de l'élimination de Sam.

Denis Brogniart appelle téléspectateurs et internautes à faire preuve de respect. Samedi soir, le présentateur historique de Koh-Lanta a partagé un message sur Twitter, dans lequel il dénonce les menaces et propos déplacés dont sont victimes plusieurs candidats de l'émission de TF1.

"Je m’associe aux aventuriers de Koh-Lanta pour condamner le plus fermement les insultes inqualifiables reçues de manière anonyme par certains d’entre eux sur les réseaux sociaux. On peut vivre cette aventure devant son écran avec passion et respect", a écrit l'animateur. 

L'intervention de Denis Brogniart survient peu après la diffusion du dernier épisode vendredi soir, à l'issue duquel Sam, l'un des grands favoris de cette saison, a été éliminé. Depuis, deux candidats, Régis et Inès, font l'objet de violentes menaces et insultes sur Twitter et Instagram.

Menaces de viol et de mort

Inès, infirmière de 25 ans, a montré en Stories des captures d'écran aux propos violents la visant elle, mais aussi ses proches. Des anonymes la menaçant de viol, de mort, ou lui souhaitant d'attraper le Covid-19. En larmes, elle a partagé samedi une vidéo dans laquelle elle confie son désespoir.

"C'est très dur. Je suis dégoûtée d'aller voir mes patients dans cet état", a confié la jeune femme, qui fait partie du personnel soignant mobilisé en première ligne pour lutter contre la pandémie de coronavirus. "Me menacer de viol... ça part trop loin. Je suis partie faire un jeu et vous arrivez à avoir une mentalité aussi méchante. Des gens disent qu'ils vont venir chez moi... Je ne comprends pas" (...) Je peux comprendre la déception après le départ d'un aventurier. Mais souhaiter la mort à quelqu'un, le viol... ce sont des mots hyper forts".

Régis, père de famille de 40 ans, a fini par désactiver les commentaires de son compte Instagram. En Stories, il a aussi partagé des extraits du harcèlement dont il est victime. Parmi les messages de haine, "J’espère que tes enfants vont mourir", ou encore "Je vais te retrouver et tuer tes filles". 

Nawal Bonnefoy