BFMTV

Emissions suspendues ou sans public, animateurs malades: comment la télé italienne a été touchée par l'épidémie

L'émission italienne "Che tempo che fa", diffusée sur Rai 3, enregistrée sans public.

L'émission italienne "Che tempo che fa", diffusée sur Rai 3, enregistrée sans public. - Rai 3

En Italie, dès les premiers décès liés au coronavirus fin février, la télévision s'est mise au diapason, limitant ses programmes en public. Certaines émissions, comptant des malades dans leurs équipes, ont été suspendues.

L'Italie, terriblement frappée par l'épidémie de coronavirus est à l'arrêt. Les écoles sont fermées, les habitants confinés, les sites touristiques désertés, les commerces hors alimentation et santé sont fermés.

A la télévision, dès le 23 de février, au lendemain des premiers décès dans le pays, les chaînes des deux principaux groupes audiovisuels - la Rai (le service public) et Mediaset (le groupe média de Silvio Berlusconi) - ont appliqué certains changements à leurs programmes. La télévision, comme le reste du pays, a ainsi été mise en quarantaine, privant les émissions en public de leur public. 

"Restez chez vous"

Ainsi, l'émission de la chaîne Canale5, Live - Non è la d'Urso, qui appartient à Mediaset, habituellement enregistrée sans public, a été tournée devant des sièges vides, le 23 février. "Il y a moi et 10 autres personnes dans ce studio", a lancé l'animatrice Barbara d'Urso, évoquant "l'écho incroyable". Le 9 mars dernier, l'animatrice a lancé un appel à ses téléspectateurs "Je vous en prie, écoutez-moi! Vous aussi dans le sud du pays, faites-moi confiance, faites un sacrifice: restez chez vous!’’

Même politique sur la Rai, qui a tourné son émission hebdomadaire Che Tempo che Fa à huis clos, comme l'a expliqué son animateur Fabio Fazio, qui a évoqué une "situation sans précédent".

Cela n'a malheureusement pas empêché que les équipes soient touchées par l'épidémie. L'une des premières émissions être suspendues a été Le Iene - (Les Hyènes) - talk show quotidien très populaire de l'autre côté des Alpes. L'émission, diffusée sur la chaîne Italia 1 (Mediaset) a été suspendue après la découverte d'un cas de coronavirus, le 9 mars dernier. 

Animateur testé positif

Le même jour, l'animateur Nicola Porro, qui présente le talk-show Quarta Repubblica sur la chaîne Rete 4 - qui appartient aussi au groupe Mediaset - a été testé positif au Coronavirus et a été hospitalisé. Les membres de la rédaction ont été placé en quarantaine. En attendant la guérison de son animateur, l'émission a été suspendue. 

Un cas positif a également été détecté au sein de la chaîne d'information en continu SkyTG24, le 11 mars, entraînant l'interruption des directs sur SkySport24. La chaîne sportive, dont les locaux ont été évacués pour être désinfectés, ne propose plus que des programmes enregistrés. 

De nombreux divertissements - privés de public - ont également préféré suspendre leurs programmes. C'est le cas du jeu La Corrida diffusé sur Rai 1, qui a publié sur Facebook ce message:

"La Corrida sans le public, l'ingrédient essentiel de l'émission, ce n'est pas pareil! Aujourd'hui, nous ne serons pas à l'antenne mais Carlo Conti, Ludovica Caramis, Maître Pirazzoli et tous nos participants reviendront bientôt sur Rai1". 

Enfin, l'épidémie a donné lieu à des scènes assez surréalistes - en plus des rues vides et des sites touristiques déserts - lorsque des candidats de l'émission de téléréalité Grande Fratello VIP, adapté du Big Brother anglais et comparable à feu notre Loft Story (mais avec des célébrités), enfermés depuis fin janvier, ont appris ce qu'il se passait dans le pays. Pour les rassurer, la production leur a montré des vidéos de leurs proches, leur indiquant qu'ils allaient bien. 

Des concurrents non contagieux

La Rai compte également reporter la diffusion de Ballando con le Stelle, le Danse avec les stars italiens, qui devait démarrer le 28 mars prochain.

"Tôt ou tard, le problème de trouver des concurrents sains et non contagieux se posera pour les jeux de quiz", indique un article de La Stampa publié le 6 mars dernier. 

En France, jusqu'au 12 mars, les talk shows enregistrés en public n'avaient pas encore décidé de remettre leur fonctionnement en cause - appliquant cependant des règles d'hygiène strictes. Les nouvelles consignes interdisant notamment les rassemblements de plus de 100 personnes, pourraient changer la donne. 

Magali Rangin