BFMTV

TPMP: Jérémy Ferrari justifie son passage éphémère dans le talk-show de Cyril Hanouna

Jérémy Ferrari à l'affiche d'un nouveau spectacle intitulé "Vends 2 pièces à Beyrouth"

Jérémy Ferrari à l'affiche d'un nouveau spectacle intitulé "Vends 2 pièces à Beyrouth" - Julie Caught

Son humour noir cinglant a déjà sévi sur les plateaux TV, aussi bien sur France 2 dans l'émission On n'demande qu'à en rire de Laurent Ruquier que sur D8 dans Touche pas à mon poste! de Cyril Hanouna. Mais peut-on rire de tout à la télévision? A cette question, l'humoriste corrosif de 31 ans assure au micro des Grandes Gueules sur RMC ce vendredi 20 mai que la "liberté" de ton dépend essentiellement de l'animateur.

Revenant sur ses récents propos tenus dans VSD où il évoquait son (court) passage dans l'émission TPMP sur D8 ("Ça avait bien démarré... Mais Cyril veut faire l'unanimité, ce qui n'est pas le cas de mes sketchs"), Jérémy Ferrari a expliqué: "Ce n'est pas que je faisais peur à Cyril Hanouna, mais souvent on me prend dans des émissions où on me dit: 'Tu as la totale liberté d'expression' et finalement, quand je commence à aller un petit peu loin, les gens qui veulent faire trop l'unanimité flippent un peu et me demandent de baisser le ton. Et quand je commence à baisser le ton, je m'en vais."

"Laurent Ruquier se fiche de faire l'unanimité"

Réfutant l'idée qu'un humoriste est moins libre à la télévision que sur scène, Jérémy Ferrari, à l'affiche de son spectacle Vends 2 pièces à Beyrouth, poursuit en citant le nom de celui qui lui a permis de toucher le grand public sur France 2: "Avec Laurent Ruquier, j'avais totale liberté, mais ça dépend de l'animateur. Un mec comme Laurent se fiche de faire l'unanimité tant qu'il a l'impression de soutenir un artiste de qualité. Laurent et Cyril sont deux animateurs différents, ils ne visent pas les mêmes gens. Selon les animateurs avec lesquels vous travaillez, vous avez plus ou moins de liberté."

F.M.