BFMTV

Meghan Markle révèle avoir fait une fausse couche en juillet

Meghan Markle en avril 2018

Meghan Markle en avril 2018 - Pool - AFP

L'épouse du prince Harry évoque dans une tribune publiée par le New York Times avoir fait une fausse couche en juillet.

La tribune s'intitule "The Losses We Share", les pertes que nous partageons, et elle est signée... Meghan Markle. Le New York Times publie ce mercredi le témoignage de la duchesse de Sussex, qui raconte avoir fait une fausse couche en juillet dernier.

L'épouse du prince Harry évoque cette journée de juillet commencée comme "n'importe quelle journée ordinaire". Subitement saisie de crampes, elle a ensuite été conduite à l'hôpital, accompagnée de Harry. "J'ai su, au moment où je serrais fort mon premier enfant dans mes bras, que j'étais en train de perdre le second" écrit-elle. Puis "Fixant les murs blancs et froids, j'ai essayé d'imaginer comment nous allions guérir de cela".

Dans ce long article aussi personnel que politique, la duchesse évoque ce processus de guérison et l'importance d'une question que l'on devrait poser plus souvent: "est-ce que ça va?".

"Un chagrin presque insupportable"

Elle revient ainsi sur un épisode qui avait fait polémique au sein de la famille royale, lorsque interrogée lors d'une visite officielle en Afrique du Sud, sur sa santé, la duchesse s'était longuement épanchée sur son mal-être. Une intervention très inhabituelle pour un membre de la famille royale, et jugée à l'époque fort déplacée.

Meghan Markle parle également dans sa tribune, de cette année 2020, marquée par la pandémie de covid-19, le confinement, les masques, la "nouvelle normalité". Mais aussi par la mort de George Floyd et de Breonna Taylor - afro-américains tués par des policiers.

Elle glisse enfin, un mot sur les fake news et les mensonges de Donald Trump, sans jamais le nommer. "En plus de tout cela, écrit Meghan Markle, il semble que nous ne soyons plus d'accord sur ce qui est vrai. Nous ne nous battons pas seulement pour nos opinions sur les faits; nous sommes polarisés sur la question de savoir si le fait est, en fait, un fait. Nous ne savons pas si la science est réelle".

"Perdre un enfant est un chagrin presque insupportable, que beaucoup de gens vivent, mais dont peu de gens parlent", ajoute-t-elle, revenant sur son traumatisme.

"Est-ce que va aller?", conclut-elle. "Oui, ça va aller".

Meghan Markle et Harry sont déjà parents d'un petit garçon, Archie, né en juillet 2019. Le couple et leur bébé ont vécu cette étrange année 2020 aux Etats-Unis, après avoir fait sécession avec la famille royale. Rompant avec la tradition qui interdit aux membres la famille royale de donner leur opinion, ils se sont engagés sur de nombreux terrains comme celui de la lutte contre le racisme ou contre le président Trump. Meghan Markle et le prince Harry ont ainsi publié en septembre dernier une vidéo incitant les Américains à voter et à "rejeter les discours haineux".

Magali Rangin