BFMTV

Batman, Superman... Les secrets des super-héros de DC Comics exposés au musée Art ludique

-

- - DETECTIVE_COMICS_and_all_related_characters_and_elements_©_&_™_DC_(s17)

Des planches originales et des costumes ou accessoires des films de Batman, Superman et Wonder Woman sont présentés à Paris jusqu'au 10 septembre.

Après avoir dévoilé les secrets de la création des grands classiques Disney, Art Ludique - Le Musée lève un coin du voile sur l'histoire de DC Comics, le grand éditeur américain à l'origine de Superman, Batman et Wonder Woman. Riche de 250 planches originales et de nombreux costumes et accessoires des adaptations cinématographiques, l'exposition L’Art de DC: l'aube des super-héros ouvre ses portes ce vendredi 31 mars (découvrez notre diaporama en cliquant ici).

Jusqu'au 10 septembre, les fans comme les néophytes pourront découvrir les costumes du Joker de Heath Ledger, de la Catwoman de Michelle Pfeiffer et des planches originales de géants des comics américains (Neal Adams, Frank Miller, Jack Kirby).

De Superman à Justice League

L'objectif de cette exposition? Confronter le dessin à sa transposition cinématographique. "Ce qui est intéressant avec ces oeuvres est de pouvoir les comparer avec les dessins de production de films pour voir comment les artistes contemporains s'en sont inspirés pour les transposer au cinéma", a confié à BFMTV.com Jean-Jacques Launier, fondateur du musée Art Ludique et commissaire de l'exposition.

"On avait envie de montrer cette évolution sur plus de 80 ans, à la fois à travers la bande dessinée, l’animation et le cinéma." La scénographie présente ainsi successivement les héros DC de Superman à la Justice League en passant par Batman, Wonder Woman et la Suicide Squad. Un parcours qui se veut didactique, et non exhaustif.

Les personnages de Batman dessinés par Kevin Maguire
Les personnages de Batman dessinés par Kevin Maguire © DETECTIVE_COMICS_and_all_related_characters_and_elements_©_&_™_DC_(s17)

Pas de Watchmen

Une absence est seulement à regretter: celle de Watchmen, chef d'oeuvre du catalogue DC signé Alan Moore et Dave Gibbons. "Je suis fan et on aurait pu avoir des planches", se défend Jean-Jacques Launier, "mais c’est vrai qu'avec cet enchaînement Superman / Batman / Wonderman / Justice League, c’était compliqué. On ne savait pas où placer les Watchmen. D’autres personnages importants aussi n'ont pas pu être intégrés à l'exposition, comme Constantine." 

Si les sombres super-héros de Moore et Gibbons n'ont pas été sélectionnés, les incarnations réalistes de Batman et Superman imaginées par Neal Adams, Frank Miller et Alex Ross ont fait le déplacement. The Dark Knight Returns de Miller a notamment fait couler beaucoup d'encre en mettant en scène un Batman cinquantenaire et un combat d'anthologie entre le chevalier noir et Superman. Cette noirceur, selon le commissaire de l'exposition, s'explique aussi par le contexte de la création de DC Comics: après la crise de 1929, ces personnages héroïques sont devenus des phares pour l'Amérique. Trois mois après sa création, en 1938, Superman était devenu incontournable, avec près d'un million d’exemplaires vendus. "Superman a été créé par deux adolescents de 17 ans de Cleveland, Joe Shuster et Jerry Siegel. Ils ont révolutionné notre siècle", indique Jean-Jacques Launier. "Les récits de super-héros sont un genre où se mêlent les valeurs des chevaliers du Moyen-Âge et des dieux de la mythologie grecques et la modernité absolue des robots et de la technologie." 

JLA Protectors of the Universe par Alex Ross
JLA Protectors of the Universe par Alex Ross © JUSTICE LEAGUE and all related characters and elements © & ™ DC. (s17)

Tous les films, même les pires

Le cinéma occupe une partie importante dans l'exposition. Des costumes et des storyboards des divers Batman et Superman sont exposés pour la première fois. On découvre ainsi les dessins préparatoires du costume du Joker de Heath Ledger, qui s'inspire du look des punks des années 1970, mais aussi les premiers dessins animés de Superman, réalisés dans les années 1940 par les studios Fleischer, à l'origine de Betty Boop. "Il y a une vraie qualité dans ces films", s'enthousiasme Jean-Jacques Launier. "Miyazaki lui-même s’y est référé et a glissé dans certains de ses films des références aux robots qu'affronte Superman dans le dessin animé". Il poursuit: "Dans les Fleischer, c’est aussi la première fois que Superman vole. Dans la BD, il ne faisait que des grands bonds de géants!"

Sans poser de jugement, l'exposition présente avec autant d'attention les chefs d'oeuvre du 7ème Art (comme le Dark Knight de Nolan) que les navets (comme le Batman Forever de Joel Schumacher). Fan de l'univers DC, Jean-Jacques Launier a une tendresse pour chaque oeuvre: "Le film de Schumacher appartient à une autre époque. Il est ultra coloré, comme la bande dessinée des années 1970 qui reste fun même si elle n’a pas très bien vieilli. Mais c'est vrai que les tétons apparents sur le costume de Batman, c’est du lourd (rires)! On ne pouvait pas ne pas montrer cela!"

l’art de dc: l'aube des super-héros

ART LUDIQUE-Le Musée. 34, quai d’Austerlitz 75013 Paris. Plein Tarif : 16,50 €, Tarif réduit (étudiants, demandeurs d'emploi, Personnes en situation de handicap): 13,50 €; Enfants: 11 € (de 4 à 12 ans). Renseignements: www.artludique.com

Jérôme Lachasse