BFMTV

Sonia Rolland reproche au cinéma français d’être raciste

Sonia Rolland lors de la montée des marches du Festival de Cannes, en mai 2014.

Sonia Rolland lors de la montée des marches du Festival de Cannes, en mai 2014. - Valery Hache - AFP

Dans une interview accordée au magazine Closer, l’ex-Miss France Sonia Rolland assure passer à côté de nombreux rôles à cause de sa couleur de peau.

Sonia Rolland ne mâche pas ses mots, et n’hésite jamais à s’engager dans des combats qui lui tiennent à cœur. Co-réalisatrice d’un documentaire intitulé Homosexualité : du rejet au Refuge, qui sera diffusé ce samedi 28 mars sur Téva, elle a profité d’une interview à l'hebdomadaire people Closer pour s’exprimer sur les obstacles qu’elle rencontre en tant qu’actrice métisse.

"Moi, j'ai deux diffi­cul­tés. Celle d'avoir eu un rôle très marquant, Miss France. Et celle d'être métisse, a-t-elle confié au magazine. Je ne suis ni noire, ni blanche, donc on ne sait pas dans quelle case me mettre. Parfois, je loupe des rôles parce que je ne suis pas assez typée. Parfois, c'est pour des choses toutes bêtes, comme : Mais de quelle couleur pour­raient être les enfants de Sonia dans le film ?". Pour elle, il existe un réel "manque de volonté pour que les choses changent".

L’ancienne Miss Bourgogne, âgée de 34 ans, sous-entendrait-elle que le cinéma français est raciste ? "Oui, mais ça ne se dit pas", affirme-t-elle en assurant que des acteurs tels que Omar Sy, Thomas N’Gigol ou encore Fabrice Eboué sont pris comme contre-exemple dès qu’elle aborde le sujet. "Ok, ils sont trois. Il faut se conten­ter de ça ?, s’indigne Sonia. Non. Alors je pousse parfois des coups de gueule (...) Je pense aussi à tous ceux qui ne sont pas connus et qui galèrent vrai­ment à obte­nir ne serait-ce qu'un petit rôle".

https://twitter.com/nawalbonnefoy Nawal Bonnefoy Journaliste people, culture et mode BFMTV