BFMTV

Sidaction: Jean Paul Gaultier mène ce combat pour rendre hommage à son compagnon mort du sida

Jean Paul Gaultier

Jean Paul Gaultier - Lucas Barioulet - AFP

Le couturier est le parrain de la 25e édition du Sidaction. Il a tenu à rendre hommage à son compagnon Francis, mort du sida en 1990.

Jean Paul Gaultier est le parrain de la 25e édition du Sidaction. A cette occasion, le couturier a raconté au Parisien son engagement dans la lutte contre le sida. Accompagné de Line Renaud, vice-présidente du Sidaction, il a évoqué la mémoire de son compagnon Francis, mort du sida en 1990. 

"En 1987, on a décidé, avec Francis, de faire un test. Il s’est avéré qu’il était séropositif. L’annonce a été, pour moi, comme un couperet. À cette époque, on savait qu’il n’y avait aucune issue. Tous les gens mouraient", explique Gaultier, qui précise que son compagnon "a tenu trois ans, avec des attaques, la tuberculose".

"Je mène ce combat pour lui"

Pour le soulager, Jean-Paul Gaultier s'est rendu "aux États-Unis chercher un antirétroviral", mais le virus a été plus fort: "fin 1990, il est entré à l’hôpital pour ne plus en sortir, sauf à la fin où on a préféré l’avoir à la maison". Il ajoute: "Je mène ce combat pour lui, mais aussi pour les jeunes qui n’imaginent pas qu’ils peuvent être contaminés." Dans les colonnes du Parisien, le couturier lance donc un appel:

"Soyez attentifs, protégez-vous, faites-vous dépister. On pense que le virus n’est plus là. C’est faux. C’est comme lorsque j’étais gamin, on pensait que le cancer touchait uniquement les personnes âgées. Il faut rester très vigilant, surtout qu’il existe aujourd’hui de nombreuses possibilités pour s’en prémunir."

Le nombre de porteurs du VIH en France est évalué à environ 172.000, dont 24.000 sont séropositifs sans le savoir. En 1994, lors du premier Sidaction, la comédienne Clémentine Célarié embrassait un séropositif sur la bouche pour montrer que le virus ne se transmet pas ainsi.

Jérôme Lachasse