BFMTV

Roman Polanski: "Enfin je vais me sentir en sécurité dans mon pays"

Roman Polanski sur la scène de la comédie musicale "Le bal des vampires", à Paris, en octobre 2014.

Roman Polanski sur la scène de la comédie musicale "Le bal des vampires", à Paris, en octobre 2014. - Martin Bureau - AFP

Le cinéaste a réagi à la décision de la Cour suprême de Pologne, qui vient de refuser d'ouvrir la procédure d'extradition du cinéaste vers les Etats-Unis.

Le cinéaste franco-polonais Roman Polanski s'est réjoui mercredi de pouvoir se sentir en sécurité en Pologne, après la décision de la Cour suprême du pays, qui exclut son extradition aux Etats-Unis, a rapporté la télévision privée TVN24.

"Enfin je pourrai me sentir en sécurité dans mon propre pays, je pourrai aller tranquillement à Salwator (quartier résidentiel de Cracovie) sur la tombe de mon père ou sur celle d'Andrzej Wajda, mon ami", a déclaré le réalisateur.

"Je me réjouis surtout de ce que cette affaire est définitivement close. Je regrette seulement d'avoir eu à l'attendre si longtemps", a ajouté Roman Polanski, 83 ans, qui vit à Paris.

La procédure abandonnée

La Cour suprême de Pologne a définitivement mis fin mardi à la procédure d'extradition vers les Etats-Unis du cinéaste de Chinatown, Le pianiste et de The Ghost Writer, poursuivi par la justice américaine pour le viol d'une mineure en 1977. 

Elle a rejeté le pourvoi en cassation introduit par le ministre polonais de la Justice, Zbigniew Ziobro, imposant l'abandon de cette procédure entamée en 2014 à la demande de la justice américaine.

Roman Polanski avait du s'abstenir, à son regret, de se rendre en Pologne pour assister aux obsèques d'Andrzej Wajda, un autre grand nom du cinéma, disparu le 9 octobre dernier.

Nawal Bonnefoy avec AFP