BFMTV

Orelsan: une pétition demande l'annulation de ses Victoires de la Musique

Orelsan à la cour d'appel de Versailles en décembre 2015

Orelsan à la cour d'appel de Versailles en décembre 2015 - Eric Feferberg - AFP

De nouveau rattrapé par ses textes passés, le rappeur de 35 ans est visé par une pétition demandant à ce que ses trois Victoires de la Musique soient annulées.

Le sacre sera-t-il de courte durée? Orelsan, distingué par trois Victoires de la Musique vendredi dernier, est de nouveau rattrapé par son passé. Une pétition publiée sur Change.org demande l'"annulation des prix" d'Orelsan, se basant sur d'anciennes paroles misogynes du rappeur. Elle comptabilise plus de 15.000 signatures, sur les 25.000 fixées comme objectif. 

Le rappeur de 35 ans, fort du récent succès de l'album La Fête est finie, s'est imposé dans les trois catégories dans lesquelles il était nommé lors de ces 33e Victoires de la Musique: Artiste masculin, Album de musiques urbaines et Créations audiovisuelles. Un triomphe qui choque l'autrice de cette pétition, Céline Steinlaender:

"Outre le fait que des artistes étaient 100 fois plus méritant sur le plan purement artistique, ce qui est beaucoup plus grave, et n'est pas acceptable, ce sont certains propos lus et entendus dans ses 'chansons'", écrit-elle.

Paroles compromettantes

La pétitionnaire appuie ses propos en citant quelques strophes de Saint-Valentin, un morceau du rappeur daté de 2007, et notamment une référence à Marie Trintignant, morte sous les coups de son conjoint Bertrand Cantat en 2003:

"Mais ferme ta gueule ou tu vas t’faire Marie-Trintignier" / "J’te l’dis gentiment, j’suis pas là pour faire de sentiments J’suis là pour te mettre 21 centimètres" / "Tu seras ma petite chienne et je serai ton gentil maître" / "J’bois, baise, jusqu’à c’que t’en sois mal en point" / "J’te tèje la veille et j’te r’baise le lendemain"

"Nous appelons tous les mouvements défendant les droits des femmes, et toutes les associations des droits de l'homme, à s'insurger contre le résultat de cette soirée", poursuit la pétition, avant d'interpeller directement la ministre de la Culture Françoise Nyssen: "Vous ne pouvez pas ne pas réagir!"

La justice de son côté

Ce n'est pas la première fois que les textes d'Orelsan sont pointés du doigt. Le rappeur a été relaxé en février 2016 au terme d'un troisième procès, après des années d'une bataille judiciaire qui l'a opposé à des associations féministes. Les magistrats avaient estimé qu'"une écoute exhaustive et non tronquée de ses chansons permet de réaliser qu'Orelsan n'incarne pas ses personnages." La chanson Sale Pute, aux paroles très violentes, avait été incriminée. 

Comme le rapporte L'Obs, le rappeur s'était défendu comme suit en 2009: "Dans cette chanson (Sale Pute, ndlr) j'essaie de montrer comment une pulsion peut transformer quelqu'un en monstre. J'ai tourné un clip où je porte un costume cravate et bois de l'alcool, pour montrer qu'il s'agit d'une fiction. En aucun cas, je ne fais l'apologie de la violence conjugale (...) J'ai l'impression de représenter artistiquement la haine comme a pu le faire un film comme Orange mécanique."

Benjamin Pierret