BFMTV

Olivia Ruiz sur la Star Academy: "J'ai vu certains de mes collègues sombrer, aller dans des hôpitaux"

Olivia Ruiz sur le plateau de "On n'est pas couché", le 18 février 2017

Olivia Ruiz sur le plateau de "On n'est pas couché", le 18 février 2017 - France 2

Lors de son passage dans On n'est pas couché, la chanteuse Olivia Ruiz est revenue sur sa participation à la Star Academy, étrillant notamment TF1 et son manque de soutien psychologique à l'égard des candidats.

Si le public l'a découverte devant les caméras de TF1 dans la saison 1 de la Star Academy en 2001, Olivia Ruiz ne garde pas un souvenir impérissable de sa participation à l'émission de téléréalité. Loin de là. Invité dans le talk-show On n'est pas couché ce samedi 18 février, l'interprète de La femme chocolat et Mon corps, mon amour est revenue sur cette expérience sur laquelle elle a régulièrement fait part de ses regrets.

Si Olivia Ruiz ne renie pas son passage dans l'émission, elle assure: "Clairement, je ne savais pas où j'allais. Si j'avais vu la Star Academy 1, je ne me serais jamais inscrite à la 2. TF1 disait: 'On ne fera pas de téléréalité comme M6 avec le Loft'. Finalement, au bout de trois semaines, l'émission est un tel bide, parce qu'ils ne montrent que les cours de danse et de chant..."

Rappelant le concept de l'émission qui montrait tout de la vie des candidats, la chanteuse, actuellement en tournée dans toute la France, poursuit: "C'est ça que je vivais mal. Je me cassais les dents pendant mon sommeil, j'étais dans quelque chose de vraiment étrange psychologiquement. Il y avait des choses improbables."

"Rien ne justifie ce fanatisme-là"

"A un moment donné, toutes les filles avaient pris du poids et moi j'étais la seule qui était à peu près stable donc on m'a emmenée chez l'habilleuse avec une tenue, qui n'était pas une tenue, mais un maillot de bain, se souvient-elle. Tout le monde avait fait en sorte que je n'ai que cette tenue à ma taille. Donc j'ai dû entrer sur le plateau, en larmes, avec un truc qui me cachait à peine le sexe et le bout des seins parce que je n'avais que ça. C'est quand même terrible..."

La chanteuse de 37 ans rapporte également que le problème relevait surtout de l'absence "d'accompagnement psychologique" de la part de la chaîne et de la production. "J'ai même vu certains de mes collègues sombrer, aller dans des hôpitaux de repos, explique-t-elle. Parce qu'on vous dit que vous êtes formidables, mais on a rien fait pour mériter d'être 'formidables'. Ce n'est pas chanter un morceau le samedi soir et ne pas être investi dans un travail de prod ou quoi que ce soit qui justifie ce fanatisme-là. C'est tout ça qui me pesait..."

A partir de la 7ème minute.

Fabien Morin