BFMTV

Zaz s'explique sur ses propos sur l'Occupation

La chanteuse Zaz aux Victoires de la musique, en février 2014.

La chanteuse Zaz aux Victoires de la musique, en février 2014. - Bertrand Guay

Elle avait parlé de la "légèreté" pendant l'occupation. La chanteuse Zaz a réagi sur son compte Facebook à la polémique suscitée par ses propos prononcés à l'occasion de la sortie de son album Paris. Elle évoque une maladresse.

Attaquée pour ses propos sur la supposée "légèreté" qui régnait sous l'Occupation en France, la chanteuse Zaz s'est justifiée lundi, dans un communiqué publié sur son compte Facebook.

"Même si je ne suis pas historienne, je sais que cette sombre période de notre histoire n'est ni une période de liberté, ni encore de légèreté, sauf pour les armées d'occupation et les collabos pour lesquels je n'ai aucune sympathie", écrit-elle. 

Avant d'arguer qu'elle avait voulu "exprimer qu'en dépit de cette situation, la vie continuait" et pensé au film La vie est belle. S'en prenant ensuite à ses détracteurs, des "esprits polémistes", la chanteuse estime qu'ils feraient mieux de s'attaquer aux "extrémistes de tous bords".

"On chantait la liberté"

Dans une interview accordée au site musical PureCharts, Zaz s'est un peu pris les pieds dans le tapis au sujet de l'Occupation. Ses propos auraient pu passer inaperçus si Libération, dans un billet posté vendredi, ne s'en était pas offusqué. Dans l'entretien, la chanteuse s'emportait contre le climat actuel.

"En France, j'ai l'impression qu'on se focalise un peu trop sur les choses négatives", poursuivant "A Paris, sous l'Occupation, il y avait une forme de légèreté. On chantait la liberté alors qu'on ne l'était pas totalement. Pour moi, c'est ça Paris. C'est là où tout est possible, là où on innove".

"Faut-il donc systématiquement être lynché?"

Certains ont volé à son secours, comme Benjamin Biolay, qui a commenté samedi sur Twitter: "La violence des médias... Elle n'est pas historienne!". Ou encore le magistrat Philippe Bilger, qui a tweeté lundi: "Faut-il donc systématiquement être lynché quand on profère une opinion singulière, libre et qui peut sembler provocatrice comme Zaz? Triste!".

Zaz a sorti le 10 novembre dernier un album de reprises intitulé Paris, et sur lequel elle interprète des morceaux de différentes époques et différents styles, des Champs Elysées de Joe Dassin, à La complainte de la butte, écrite par le cinéaste Jean Renoir, en passant par J'ai deux amours, interprété par Joséphine Baker.

Magali Rangin