BFMTV

Victime d'un malaise sur la scène de l'Olympia, la chanteuse de Hyphen Hyphen s'excuse auprès des fans

Hyphen Hyphen en concert sur la scène du Printemps de Bourges en avril 2018.

Hyphen Hyphen en concert sur la scène du Printemps de Bourges en avril 2018. - Guillaume Souvant - AFP

Santa, la chanteuse du groupe Hyphen Hyphen, s'est écroulée en plein concert à l'Olympia, vendredi soir.

"Hier, sous le coup du stress et de la pression, mon corps a lâché." Vendredi soir, en plein concert à l'Olympia, Santa, la charismatique chanteuse du groupe Hyphen Hyphen, s'est effondrée. Elle a publié ce samedi sur Facebook un message pour s'excuser auprès de ses fans:

"Il m'a rappelé que je n’étais pas une machine. Je suis humaine avec mes failles. Ça ne m'était jamais arrivé en plus de 400 concerts... Après un léger malaise avant de monter sur scène, dû à la fatigue générale, j'ai voulu boire pour me redonner de la force et je n'ai pas tenu, j'ai fait un second malaise sur scène. Je suis désolée de vous avoir fait peur."

Elle indique également que les spectateurs seront dédommagés et auront droit à un autre concert.

"Nous avons réfléchi avec notre producteur de spectacle et avons décidé d'inviter tous les spectateurs de l'Olympia au Zénith de Paris, nous vous indiquerons les démarches à suivre dès lundi. Gardez vos billets ou vos preuves d’achat." 

Sur les réseaux sociaux, des spectateurs furieux s'étaient plaints de la piètre prestation du groupe, certains décidant même de quitter la salle avant la fin du concert.

Sur Twitter revenaient les termes de "gâchis" et le "manque de respect", ainsi que des réclamations de remboursement du billet. D'autres ont également noté que le groupe avait eu recours au playback, vidéo à l'appui. Quelques rares fans ont au contraire défendu le groupe, assurant que "Ca arrive à tout le monde de se planter", ou que "on ne peut résumer les shows d'Hyphen Hyphen à celui de l'Olympia d'hier soir".

C'est la première fois que le groupe se produisait dans la salle mythique de l'Olympia, à Paris.

M. R.