BFMTV

Live Nation lance Paris Summer Jam avec Kendrick Lamar, N.E.R.D, IAM

Le Paris Summer Jam se tiendra le 24 août 2018

Le Paris Summer Jam se tiendra le 24 août 2018 - Live Nation

Ce nouveau festival de musique se tiendra à l'U Arena de Nanterre, le 24 août prochain.

Le nouveau roi du hip hop américain Kendrick Lamar, le collectif de Pharrell Williams N.E.R.D et IAM, les parrains du rap français seront à l'affiche du Paris Summer Jam, un nouvel événement créé par Live Nation France, qui se déroulera à l'U Arena de Nanterre le 24 août prochain.

La date de ce nouveau rendez-vous, plutôt axé sur les musiques urbaines selon les organisateurs, n'a rien d'anodin. Le 24 août marquera également le premier jour du festival Rock en Seine, dont la 16e édition se tiendra au Domaine national de Saint-Cloud jusqu'au 26 août.

En concurrence avec Rock en Seine

Avec cette annonce, Live Nation France, filiale de Live Nation l'un des plus gros promoteurs de spectacles du monde, s'attaque un peu plus frontalement à un de ses rivaux directs sur le marché des festivals franciliens, après avoir déjà installé avec succès (100.000 entrées en deux jours) l'an passé l'édition parisienne du mastodonte Lollapalooza.

Alors que d'autres noms seront prochainement dévoilés pour ce Paris Summer Jam et que la deuxième édition de Lollapalooza (21, 22 juillet à l'Hippodrome de Longchamp) s'annonce relevée avec Depeche Mode, Gorillaz ou encore The Killers en têtes d'affiche, Rock en Seine n'a toujours pas communiqué sur sa programmation.

Le festival rock francilien a connu un bouleversement l'an passé, puisque ses fondateurs François Missonnier, Christophe "Doudou" Davy et Salomon Hazot l'ont vendu à Matthieu Pigasse, patron de la banque Lazard en France, via sa holding personnelle LNEI. Et après 15 ans à sa tête, François Missonnier a été remplacé à la direction de Rock en Seine par Sarah Schmitt, qui était jusqu'ici son adjointe.

Bataille en coulisses

Surtout, semblait se profiler un nouveau changement dans l'actionnariat du festival, puisque LNEI avait indiqué en septembre être en négociation avec le promoteur américain AEG, leader mondial des salles de spectacles, pour lui revendre des parts.

Interrogé, LNEI n'a pas souhaité communiquer sur l'évolution de ce dossier. Un dossier sensible, d'autant que l'hypothèse de voir AEG entrer au capital, voire prendre le contrôle d'un des festivals français majeurs a suscité des inquiétudes. Ce faisant, le marché français des festivals ferait l'objet d'une lutte féroce entre ce géant américain de l'organisation de concerts et son rival mondial Live Nation.

L'ancien ministre de la Culture Jack Lang avait d'ailleurs anticipé cette possibilité, dénonçant fin juillet "l'invasion de multinationales américaines sur la vie musicale française".

F.M. avec AFP