BFMTV

Les secrets des tubes: Comment Do you really want to hurt me de Boy George est devenu un hit

Bella, L'autre Finistère, Au soleil... tout l'été, BFMTV vous raconte l'histoire secrète des grands tubes qui ont rythmé nos vies. Aujourd'hui, découvrez comment Do you really want to hurt me est devenu le plus gros succès de Culture Club.

1982. La New Wave fait son apparition. Et l’idée d’un groupe multiculturel germe à Londres. Boy George, DJ aux goûts vestimentaires excentriques inspiré par David Bowie, est approché un soir, alors qu’il mixe en boite de nuit.

"Mickey [Craig, le bassiste du groupe] est venu me voir. J'étais DJ en boîte, il m'a demandé 'est-ce que tu peux chanter?', j'ai dit 'oui je crois!"

Le groupe est monté. Mais il faut désormais un tube. Les deux premiers singles de Culture Club sont un échec cuisant pour Virgin. A l’époque, Boy George a écrit un texte sur sa difficile rupture amoureuse. 

Mais le chanteur n’y croit pas du tout:

"Je me suis dit, c'est quand même une chanson sur ma rupture sentimentale. Je n'aurais jamais pensé que ça passerait à la radio, que ce serait un hit. Quand Virgin a décidé que ce serait le troisième single, je me suis dit 'ma carrière est terminée'".

Et pourtant, cette chanson va changer bien des choses. Etrangement, elle n'a aujourd’hui plus du tout la même signification pour le DJ chanteur. Boy George considère qu’il n’est plus le même homme désormais.

"J'ai complètement oublié qui j'étais à l'époque. Et pour moi, cette chanson ne raconte plus tout la même chose qu'en 1982."

Le titre reste toutefois un tube incontournable, que Boy George et Culture Club, récemment reformé, interprètent lors de chacun des concerts de la tournée.

Philippe Dufreigne avec M. R.