BFMTV

Les Beatles vus par leurs fans: et si vous participiez à un livre sur les quatre garçons dans le vent?  

Des fans des Beatles sont contenus par la police devant les grilles du Palais de Buckingham, lors d'une apparition publique du groupe, reçu par la reine, le 26 octobre 1965 à Londres.

Des fans des Beatles sont contenus par la police devant les grilles du Palais de Buckingham, lors d'une apparition publique du groupe, reçu par la reine, le 26 octobre 1965 à Londres. - AFP

Les Beatles vus et photographiés par leurs fans, c'est un projet lancé le 30 janvier dernier par le site Photobox et piloté par Barry Miles, ami et biographe de Paul McCartney.

Les Beatles, c’est nous! Le groupe mythique qui s’est séparé il y a cinquante ans occupe une place particulière dans la vie des gens, et dans la culture populaire. Fort de ce constat, Photobox, site de développement de photos, a décidé de lancer le projet The People's Beatles, à l'occasion des 50 ans de leur dernière représentation en 1969, afin de réunir des clichés inédits des Beatles pris par leurs fans. L'idée est aussi de collecter les histoires que ces fans ont à raconter et de dresser en creux un portrait plus intime du groupe si célèbre.

Barry Miles pilote ce projet. Grande figure de la contre-culture et proche du groupe, il fut ami de Paul McCartney dans les années 1960, et son biographe officiel - il est notamment l’auteur de Paul McCartney: Many Years From Now. Les Beatles, les sixties et moi. Il nous raconte la relation très particulière des Beatles à son public, sa jeunesse dans le Swinging London, au côté de Paul McCartney ou de Marianne Faithfull. 

Pourquoi lancer ce projet? Qu’en attendez-vous?

Cela fait 50 ans qu’ils se sont séparés. Et pourtant 50 ans après, ils sont toujours célèbres dans le monde entier. Ils sont devenus plus qu’un groupe de pop. Ils sont entrés dans la culture populaire. Et sont des pans de la culture britannique, au même titre que la reine et le cricket.

C’est vraiment le dernier moment pour étudier cette relation qu’ils avaient avec leurs fans. C’est cette relation que nous cherchons à documenter, à travers des photos de l’époque qu’ils ont conservées, parmi leurs photos de famille. Même si les Beatles ont été photographiés des milliers de fois par des professionnels, et que les fans n’avaient pas d'appareils très perfectionnés, nous voulons saisir ces moments excitants, lors de concerts, ou des images des Beatles interagissants avec leurs fans. Des moments d’intimité. Et nous ne voulons pas juste les photos, nous voulons aussi les histoires que ces fans ont à raconter. 

Vous étiez très proches des Beatles dans les années 1960. Comment les avez-vous rencontrés?

C’est une longue histoire! C’était en 1965. Je venais de lancer une librairie et une galerie d’art à Londres. avec mon ami John Dunbar, qui était marié avec Marianne Faithfull à l’époque. Un des meilleurs amis de John était un type du nom de Peter Asher. Il avait lui aussi un groupe de musique. Sa sœur Jane Asher était la petite amie de Paul McCartney. Et il vivait chez eux dans le grenier. Dans une petite chambre avec un lit simple et un petit piano. Ils formaient comme une espèce de joyeuse communauté où il se passait toujours quelque chose.

Quand j’ai lancé ma librairie, tous les livres étaient livrés dans le sous-sol de cette maison. Paul, quand il rentrait tard d'un concert, y descendait, farfouillait dans les livres et en prenait quelques-uns. Il a été mon premier client! 

Barry Miles, John Dunbar, Marianne Faithfull, Peter Asher et Paul McCartney, à la galerie Indica, en 1965.
Barry Miles, John Dunbar, Marianne Faithfull, Peter Asher et Paul McCartney, à la galerie Indica, en 1965. © Collection de Barry Miles

Comment expliquez-vous que les Beatles soient encore aussi populaires ?

C'était un groupe aux multiples facettes. En tant qu'individus, ils étaient tellement différents les uns des autres. John avait eu une enfance difficile, c'était le plus acerbe et il avait une très grande vivacité d'esprit. Paul était le plus romantique. Il attirait les filles, qui se sentaient un peu menacées par John Lennon. George était le calme du groupe, il était très tourné vers le mysticisme et l'hindouisme. Ringo était le type rigolo, il avait le rôle du clown, il apportait beaucoup d'énergie au groupe. Il était extrêmement drôle et beaucoup de leurs meilleures paroles viennent de lui.

Comment les Beatles réagissaient-ils à ce fan club très féminin ?

Ils en étaient flattés. Après tout, c’étaient des jeunes gens d’une vingtaine d’années. Et ils ne pouvaient rien y faire. McCartney m'a raconté l'histoire de cette fille, qui attendait encore devant sa porte, sous la pluie à 2 heures du matin. lI est allé la voir et lui a offert le gîte, de façon tout à fait platonique. Mais malgré cela, deux jours plus tard, le Daily Mirror a sorti cet article: "Nous allons nous marier".

Avant tout, les Beatles ont toujours voulu rester en contact avec la réalité, mais les fans les en empêchaient avec leur attitude hystérique. Il y avait cette montée d'adrénaline, qui faisait qu'ils étaient les Beatles. Les gens ne voulaient pas voir les types "next door", ils voulaient voir des stars. C'est une relation très curieuse, c'est cela que nous voulons explorer avec ces photographies. Nous voulons voir l'expression sur le visage des gens, l'expression sur le visage des Beatles aussi.

comment participer au projet beatlespeople

Vous avez vu les Beatles en concert? Vous les avez croisés et immortalisé l’instant? Envoyez vos clichés à ThePeopleBeatles.

Les 500 meilleures photos figureront dans un ouvrage. Une exposition sera également organisée autour de ces images au musée des Beatles de Liverpool.

Magali Rangin