BFMTV

Le festival musical Coachella annulé pour 2020, les dates de l'édition 2021 dévoilées

Des festivaliers à Coachella lors de l'édition 2016 (Photo d'illustration)

Des festivaliers à Coachella lors de l'édition 2016 (Photo d'illustration) - Matt Winkelmeyer - Getty Images North America - AFP

Repoussé dans un premier temps au mois d'octobre en raison de la pandémie, le festival n'aura finalement pas lieu en 2020.

L'édition 2020 du célèbre festival de musique Coachella, déjà repoussée à octobre en raison de la pandémie de coronavirus, a finalement été purement et simplement annulée, ont annoncé mercredi les autorités sanitaires. Ils dévoilent ce vendredi les dates de l'édition 2021 dans un communiqué: le premier week-end se tiendra du 9 au 11 avril, et le second du 16 au 18. Les billets achetés pour 2020 restent valables. 

"Ce n'est pas le futur que nous espérions, mais notre inquiétude première reste le bien-être de nos fans, des équipes, des artistes, de nos partenaires dans le désert et de tous ceux qui sont impliqués dans le festival", écrivent-ils.

Le festival, qui se tient habituellement chaque année en avril dans le désert californien, à Indio, avait pour tête d'affiche Rage Against the Machine, Travis Scott et Frank Ocean.

Il avait d'abord été repoussé au mois d'octobre en raison de la pandémie. Mais les autorités sanitaires du comté de Riverside ont invoqué mercredi le risque potentiel d'une résurgence du coronavirus pour décider de son annulation.

Pas de vaccin ou de traitement

Faute de vaccin ou de traitement, le festival, qui concentre des milliers de participants sur deux week-ends, aurait en outre été impossible à organiser en vertu des règles en vigueur dans l'Etat de Californie, ont-ils estimé.

"Etant donné les circonstances et les prévisions, je n'aurais pas été tranquille de laisser le festival aller à son terme", a déclaré Cameron Kaiser, responsable sanitaire du comté de Riverside.

De nombreux autres festivals culturels ont déjà été annulés aux Etats-Unis en raison du risque sanitaire.

J.L. avec AFP