BFMTV

Justin Bieber: les dessous de sa bagarre à Cleveland

Une image extraite de la vidéo que s'est procuré le site TMZ, montrant Justin Bieber aux prises avec un homme.

Une image extraite de la vidéo que s'est procuré le site TMZ, montrant Justin Bieber aux prises avec un homme. - TMZ

Alors qu'une deuxième vidéo de l'altercation vient d'être publiée, l'homme avec qui Justin Bieber s'est battu mercredi soir à Cleveland, a raconté les faits. Le site TMZ, qui montre ces nouvelles images, relaie également la version de l'homme, un certain Lamont Richmond.

Il raconte ainsi qu'il venait de quitter un bar, lorsqu'il a aperçu Justin Bieber, devant l'hôtel Westin, dans le centre de Cleveland.

"Pas d'autographes, connard"

Lamont aurait alors demandé au chanteur une photo et un autographe. Bieber, éméché (selon Richmond), lui aurait alors répondu: "Pas d'autographes, connard". 

Il aurait alors gonflé la poitrine et pris son élan. Assez pour énerver le fan éconduit, qui est alors violemment rentré dans le lard du Canadien, le mettant au sol en quelques secondes, comme on peut le voir sur la première vidéo. La seconde vidéo, montre un Justin Bieber très énervé, maintenu par un homme portant le maillot de Stephen Curry, basketteur des Warriors de Golden State.

"Je me sens comme un animal de zoo"

En mai dernier, Justin Bieber avait expliqué à ses fans, sur son compte Instagram qu'il en avait assez d'être pris en photo sans arrêt.

"Si jamais vous me croisez quelque part, sachez que je ne ferai pas de photo. J'en ai marre des photos. On en est arrivé au point où les gens ne me disent même plus bonjour et ne reconnaissent pas comme un être humain. Je me sens comme un animal de zoo, et je veux pouvoir préserver ma santé mentale. Je réalise la déception des gens, mais je ne dois de photos à personne".

Il faut croire que le fan de Cleveland ne fait pas partie des 70 millions d'abonnés de Justin Bieber sur Instagram. Il y a quelques heures, le chanteur a posté une photo de lui, sans commentaire, l'air un peu mélancolique, mais sans trace de coups sur le visage.

M. R.