BFMTV

Hoshi de retour avec "Etoile Flippante": "montrer ses failles, ça ne veut pas dire être faible"

La chanteuse publie ce vendredi une réédition de son deuxième album "Sommeil levant", intitulée "Etoile flippante". Rencontre avec une chanteuse sensible et engagée.

La chanteuse Hoshi revient ce vendredi avec une réédition de son deuxième album. Après Sommeil levant, sorti en juin 2020, voici Etoile flippante, riche de 13 titres inédits. Elle y chante avec sa grand-mère, avec FIVE ou avec Benjamin Biolay. Jeune femme forte et engagée, elle y révèle aussi une facette de sa personnalité sensible et angoissée. Ses peurs, ses combats, la musique... elle nous parle d'elle, et de son "trop plein d'émotions".

Le succès

En 2017, la chanson Ta marinière la propulse sur le devant de la scène. Son premier album se vend à plus de 200.000 exemplaires. Le succès est aussi vif que soudain.

"Je n'étais pas prête à ça! Il y a cinq ans je jouais dans la rue cette chanson. On n'est jamais prêt au succès. (...) J'adore la musique, j'adore être sur scène, j'aime la lumière dans ces conditions. Après, dans la vie de tous les jours, c'est un chouia plus compliqué".

L'engagement

Hoshi est engagée, à travers sa musique, notamment, contre l'homophobie, qu'elle chante dans Amour Censure. "Cette chanson, j'aurais rêvé de la faire dans mon premier album, mais je ne pouvais pas. Je n'étais pas prête à en parler. Je n'étais pas prête à faire mon coming out. Je n'étais pas prête à porter de poids, à défendre contre l'homophobie quotidiennement. Je ne l'ai pas été en sortant cette chanson, mais sur la durée. Elle m'a permis d'être prête à défendre tout ça. La dernière fois que je l'avais chanté, c'était aux Victoires de la musique. Je me suis pris des milliers de menaces de mort après cette histoire. J'en sors abîmée mais plus forte".

"Défendre une cause en musique, ça a plus de poids, plus d'impact. La musique, tout le monde y a accès. Je sais qu'Amour Censure est passé en radio, des gens m'ont envoyé des messages pour me dire 'merci, grâce à toi j'ai pu faire mon coming out dans la voiture parce que la chanson passait et que ça a ouvert le sujet avec mes parents'. Je suis heureuse d'apporter du bonheur et de la force".

Les peurs

L'angoisse, la peur, les peurs, Hoshi en parle beaucoup. Elles l'accompagnent depuis toujours. Il y a d'abord la peur du temps qui passe.

"Cette peur de la mort, du temps qui passe: je suis une flipée du temps qui avance. J'aime bien le passé... et ce n'est pas bien, il ne faut pas! Déjà gosse... J'ai toujours eu peur du temps qui passait. Ca fait 25 ans. C'est une peur, une phobie avec laquelle je vis".

Mais ces peurs servent aussi de carburant à sa créativité. "Montrer ses failles, ça ne veut pas dire être faible, ça veut dire les accepter. Ces failles-là, je les exploite, j'en fais des choses. En les faisant vivre en musique, j'essaie de les guérir". La musique et ses trois albums sont pour elle comme "une thérapie très longue".

La polémique sur son apparence

En avril dernier, le journaliste Fabien Lecoeuvre déclare qu'il trouve Hoshi "effrayante" physiquement. Hoshi riposte aussitôt.

"Ca m'a révoltée. Un mec dit que je suis effrayante et que mes fans ne peuvent pas avoir des posters de moi dans leur chambre, je ne vais pas laisser passer ça. Je me suis encore retrouvée un peu porte-parole d'un truc, que je défends, mais ça a pris des proportions immenses. Je ne suis pas heureuse de ce qui s'est passé, mais je suis contente d'avoir pu mettre en lumière des vrai problèmes."

Les mangas

Son pseudonyme en témoigne, Hoshi est fan du Japon et de la culture japonaise. Elle dévore ainsi mangas et anime. "Je me refais tout les One Piece, donc j'ai du taf, ça va me faire la tournée entière! J'ai aussi commencé Demon Slayer, il y a quelques jours, je suis à fond. Et L'Attaque des Titans. J'étais passée à côté cette année et j'en avais marre de me faire spoiler un truc que je ne connaissais pas! Je regarde l'anime pour l'instant. Je suis à fond!"

Philippe Dufreigne avec Magali Rangin