BFMTV

Eurovision 2017: le Kremlin appelle Kiev à "revenir" sur l'interdiction de la candidate russe

Ioulia Samoïlova doit représenter la Russie à l'Eurovision 2017 qui se tiendra à Kiev.

Ioulia Samoïlova doit représenter la Russie à l'Eurovision 2017 qui se tiendra à Kiev. - HO - Channel One - TV- AFP

Alors que l'Ukraine vient d'interdire à la candidate russe de l'Eurovision d'entrer sur son territoire, les autorités russes demande à leur voisin ukrainien, organisateur du concours, d'annuler cette décision.

La crise russo-ukrainienne s'invite dans la prochaine édition du concours de l'Eurovision. Ce jeudi 23 mars, le Kremlin a appelé Kiev à "revenir sur sa décision" d'interdire l'entrée sur le territoire ukrainien de Ioulia Samoïlova, la candidate russe devant participer à l'Eurovision le 13 mai à Kiev.

"Nous estimons que c'est une décision extrêmement dommageable et nous nous attendons vraiment à ce que cette décision soit révisée avant le concours et que la candidate russe puisse participer à ce concours", a déclaré aux journalistes le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Une décision jugée "révoltante, cynique et inhumaine"

Mercredi, les services de sécurité de l'Ukraine (SBU) avaient décidé d'interdire l'entrée de la chanteuse russe pour trois ans, les autorités ukrainiennes reprochant alors à Ioulia Samoïlova un concert qu'elle a donné en juin 2015 en Crimée, tout juste un an après l'annexion de cette péninsule ukrainienne par la Russie.

A l'annonce de cette décision jugée "révoltante, cynique et inhumaine" par le vice-ministre russe des Affaires étrangères Grigori Karassinee, le chef de la commission des Affaires étrangères à la Douma (chambre basse du Parlement russe), Léonid Sloutski, avait alors déclaré à la télévision russe que Moscou ferait appel aux hommes politiques occidentaux "pour demander à Kiev de revenir sur cette décision discriminatoire".

Organisatrice de l'événement, l'Union européenne de radio-télévision (UER) s'était dite "très déçue" par la décision de l'Ukraine qui "va à l'encontre de l'esprit du concours". "Nous continuerons le dialogue avec les autorités ukrainiennes avec comme objectif d'arriver à ce que tous les artistes puissent se produire au 62e concours de l'Eurovision à Kiev", ajoutait l'UER.

Une provocation "russe" ?

La chaîne de télévision Perviy Kanal, qui diffuse l'Eurovision en Russie, a pour sa part déploré dans un communiqué transmis à Interfax que l'Ukraine n'ait "même pas eu le bon sens d'utiliser cette occasion pour essayer d'avoir l'air d'un pays civilisé".

Ioulia Samoïlova, une femme de 27 ans en fauteuil roulant, avait été sélectionnée le 12 mars pour interpréter à l'Eurovision une ballade romantique intitulée Une flamme brûle mais cette sélection avait été immédiatement dénoncée par certains Ukrainiens, la chanteuse ayant participé en 2015 à un concert en Crimée. Pays hôte du concours grâce à sa victoire à l'édition 2016, l'Ukraine avait ensuite averti qu'elle s'apprêtait à interdire à Ioulia Samoïlova l'accès à son territoire, dénonçant une "provocation" russe.

Révélée par une émission télévisée russe à laquelle elle avait participé, Ioulia Samoïlova s'était ensuite fait connaître en chantant à la cérémonie d'ouverture des Jeux paralympiques de Sotchi, en 2014. La jeune femme se déplace en fauteuil roulant depuis son enfance, à la suite d'une mauvaise réaction à un vaccin. 

Fabien Morin avec AFP