BFMTV

Etienne Daho reproche au streaming d'avoir changé notre rapport à la musique

Etienne Daho en concert aux Francofolies de La Rochelle en juillet 2015

Etienne Daho en concert aux Francofolies de La Rochelle en juillet 2015 - Xavier Leoty - AFP

Invité au micro de France Musique, le chanteur a vivement critiqué le streaming, qui selon lui correspond à "un pillage des artistes".

Etienne Daho ajoute son nom à la liste des artistes qui ne voient pas le streaming d'un très bon oeil. Le chanteur français était invité ce mardi au micro de France Musique, afin de présenter Surf, son nouveau disque de reprises qui sort vendredi prochain.

Une première version de cet album était sortie en vinyle en juin dernier, dans le cadre du Disquaire Day. C'est que Daho est un grand amateur de vinyles - selon lui, "le vinyle est sexy". Bien plus sexy que le streaming, qui a, selon lui, chamboulé notre rapport à l'écoute de la musique.

"Il y a un pillage des artistes, du sol au plafond, depuis maintenant quinze, vingt ans", a assuré le chanteur. "La musique, tout d'un coup, ça devient gratuit dans la tête des gens. C'est un peu ça le problème. Il y a un rapport à la musique qui est de cet ordre-là".

"Se goinfrer sur le dos des artistes"

Etienne Daho applaudit donc "le retour au vinyle, le retour à l'objet". "C'est important de redonner sa valeur à l'objet, sa place", a-t-il ajouté.

"La dématérialisation [de la musique] a permis aux GAFA et aux maisons de disques de se goinfrer, vraiment, sur les artistes, et de ne pas leur reverser ce qu'elles leur doivent", regrette l'artiste.

Etienne Daho est loin d'être le premier artiste à épingler le streaming. En 2015, la popstar américaine Taylor Swift était entrée en guerre contre les géants Spotify et Apple Music, jusqu'à les faire plier. En 2013, Thom Yorke, leader du groupe Radiohead, avait lui aussi snobé Spotify, lui reprochant d'engraisser ses actionnaires plus que les artistes. "Ne vous leurrez pas, les artistes que vous découvrez sur Spotify ne percevront rien. Pendant ce temps, les actionnaires vont se rouler dans l’oseille", avait-il tweeté.

En 2011, Coldplay avait refusé de proposer son album Mylo Xyloto aux sites de streaming au moment de sa sortie. The Black Keys en ont fait de même avec leur album sorti en 2014, Turn Blue. Enfin Jean-Jacques Goldman, arrivé sur les plateformes de streaming en 2019, a très longtemps fait de la résistance, refusant de leur confier son catalogue.

Nawal Bonnefoy