BFMTV

Britney Spears, le phoenix de la musique pop

Britney Spears au cours de sa carrière

Britney Spears au cours de sa carrière - AFP - Capture d'écran

Ce vendredi, la chanteuse à la carrière en dents de scie revient en force sur la scène musicale, avec un nouvel album très attendu par les fans, Glory. Entre succès foudroyant et descente aux enfers, retour sur le parcours de la princesse de la pop.

Avant les Taylor Swift, les Katy Perry et autres Selena Gomez, une seule chanteuse régnait sur la planète des "lolita pop": Britney Spears. A aujourd’hui 34 ans, après plusieurs cures de désintox, une boule à zéro et un flop total en guise de dernier album en 2013, la star américaine fait son grand retour avec un nouvel opus, Glory, poussée par le succès phénoménal qu’elle rencontre à Las Vegas, où elle tient une résidence depuis bientôt trois ans. Mais quel est le secret de sa longévité?

Septembre 1999. Le monde découvre One More Time, single entêtant interprété par une adolescente toutes en couettes et chaussettes montantes, Britney Spears. En l’espace de trois ans, l’adolescente adulée du public et des médias enchaîne alors les records de ventes d’album, étonne par son jeu d'actrice dans le film Crossroads, fait la une des magazines et devient l'égérie de marques et enseignes à travers le monde. Baptisée tour à tour "petite fiancée de l’Amérique" et "digne héritière de Madonna", elle finit par être désignée comme la star la plus puissante du monde en 2002 par le très sérieux magazine Forbes. Elle n'a alors que 20 ans.

-
- © -

La dégringolade

Mais le bonheur n'est pas éternel pour Brit-Brit, qui se fait larguer par son petit ami de longue date Justin Timberlake peu de temps après. La chanteuse cultive soudain une image plus sulfureuse et se transforme peu à peu en machine à scandales: baiser en direct avec Madonna, mariage de 55 heures avec son ami d'enfance à Las Vegas... Rien n'est trop beau pour les tabloïds.

Son idylle avec un certain Kevin Federline en 2004 entreprend de faire une croix définitive sur son image de jeune fille rangée. Le couple lance sa téléréalité, si mauvaise qu'elle est finalement arrêtée au bout de 5 épisodes. A la même époque, la presse américaine accuse la star, devenue maman, de mal s'occuper de son bébé après la parution de deux photos où on la voit trébucher avec son fils dans les bras, et conduire sans ceinture avec son enfant installé sur les genoux.

En 2006, plus rien ne va: droguée (Will Spears, son oncle, confiera plus tard au magazine Society que Federline lui faisait prendre toutes sortes de substances, dont de la meth), la popstar perd peu à peu le contrôle. Alors que son mari demande le divorce et la poursuit en justice pour obtenir la garde exclusive de leurs deux enfants, elle multiplie les soirées, ivre et sans culotte, aux côtés des scandaleuses Lindsay Lohan et Paris Hilton.

Elle finit par toucher le fond en 2007, sous l’œil de la planète entière, qui suit ses frasques à travers l'objectif des paparazzis. Dépression, problèmes d’alcool, burn-out: l'artiste, totalement perdue, finit par se raser le crâne sous le regard sidéré de ses fans.

-
- © -

Un retour en demi-teinte

Contre toute attente, aujourd'hui, la descente aux enfers de la star n'est plus qu'un mauvais souvenir. Le mantra "Si Britney a survécu à 2007, tu peux survivre à cette journée", utilisé à tort et à travers pour faire vendre des tasses et des t-shirts, démontre surtout la facilité qu'a eu la star à remonter la pente au lieu de sombrer dans l'oubli que beaucoup lui promettaient. Mieux encore: en se reprenant en main, la chanteuse a prouvé sa capacité à perdurer, là où de nombreuses starlettes disparaissent après un tube ou un scandale. "Son pétage de plomb médiatisé fait aujourd'hui partie intégrante de son personnage légendaire", souligne le magazine i-D. 

Soutenue par ses proches, ses fans mais aussi le show-business, Britney se remet rapidement sur pieds dès la fin de son année maudite. Placée sous la tutelle de son père, elle passe une énième fois en rehab, se fait très discrète et livre un album inattendu en octobre: Black Out, clin d'oeil à sa période trouble et véritable pied de nez à ceux qui la croyaient déjà finie. Encore fragile, elle n'en assure quasiment pas la promo, ce qui se ressent fortement sur les ventes. Mais les critiques, elles, sont bonnes. Il en sera de même pour Circus (2008), mené par des tubes tels que Womanizer et If U Seek Amy.

La magie de Las Vegas

L'Américaine sort ensuite deux autres opus à la qualité et au succès plutôt médiocres: Femme Fatale (2011) et Britney Jean (2013). En parallèle, elle rejoint le jury de la version américaine de X Factor. Un nouveau flop, puisqu'elle finit par se faire évincer au bout de deux saisons.

Encore une mauvaise période pour la star qui rebondit in extremis en saisissant l'opportunité qui, sans qu'elle le sache encore, va donner un véritable coup de fouet à sa carrière: une série de concerts au Planet Hollywood de Las Vegas, qu'elle débute en décembre 2013. Son spectacle, intitulé Piece Of Me, engrange des dizaines de millions de dollars et permet enfin à la chanteuse de redorer peu à peu son statut d'artiste. Sa résidence est un tel succès que son contrat est reconduit jusqu'à décembre 2017.

Fin 2015, l'interprète de Toxic annonce "travailler dur" sur un nouvel album, Glory. Quelques mois plus tard, elle en commence la promotion et fait une apparition remarquée et plus qu'appréciée aux Billboard Awards en mai 2016. Les premiers extraits dévoilés, eux, ravissent les fans, tandis qu'elle est annoncée pour se produire aux prochains MTV Video Music Awards qui auront lieu ce weekend. La machine Spears est de nouveau en route. Au final, peu importe que ce neuvième disque soit un succès ou non: Britney revient de si loin que son retour en lui-même est déjà une belle réussite.

https://twitter.com/nawalbonnefoy Nawal Bonnefoy Journaliste people, culture et mode BFMTV